Vernon Subutex de Virginie Despentes

Publié le par mademoisellechristelle

Vernon Subutex de Virginie Despentes

.

La quatrième de couv’ : QUI EST VERNON SUBUTEX ?

Une légende urbaine.

Un ange déchu.

Un disparu qui ne cesse de ressurgir.

Le détenteur d’un secret.

Le dernier témoin d’un monde disparu.

L’ultime visage de notre comédie inhumaine.

Notre fantôme à tous.

Ce que j’en pense : cela faisait longtemps que j’attendais un nouveau roman de Virginie Despentes, l’un de mes auteurs fétiches. Et en refermant le livre, je dois avouer, chers amis lecteurs, que je suis plutôt frustrée..

Je m’explique..

Certes, le style de Despentes est toujours le même : trash, cru, vulgaire à souhait.. elle dépote toujours autant et on en redemande ! Le problème, c’est le fond. « Vernon Subutex » n’est qu’une galerie de portraits  sans récit aucun qui s’enchainent et qui s’articulent autour du personnage principal qui a donné son nom au roman.

Vernon est un quinquagénaire resté à l’époque de l’adolescence et dont les piliers de vie sont sexe, drogue et rock n’roll. Vernon n’est pas particulièrement ambitieux, il n’est pas non plus prévoyant et vit au jour le jour sans se prendre la tête. Aussi, quand il a dû fermer son magasin de disques car il a fait faillite, Vernon s’est retrouvé complètement pris au dépourvu.

 

Vernon Subutex de Virginie Despentes

.

Rattrapé par la vie (et par ses dettes), Vernon a été expulsé de son appartement puis est devenu sdf. Avant son expulsion, son ami et chanteur Alex Bleach a enregistré chez lui une vidéo dans laquelle il livre son « testament » et balance accessoirement quelques saloperies sur le monde du show-biz. Alex Bleach décèdera juste après avoir enregistré cette vidéo.

Croyant pouvoir en tirer un bon prix pour survivre quelques temps, Vernon n’imaginera pas que la terre entière va se mettre à la recherche de cette vidéo et surtout de son propriétaire, Vernon Subutex.

Ce nouveau roman sert de prétexte à l’auteur pour dresser un portrait au vitriol de notre société : le monde de la musique, les riches, les pauvres, les stars du porno, les trans, les extrémistes, etc.. tout le monde en prend pour son grade ! On retrouve des thèmes sombres chers à Despentes comme la drogue, le sexe ou encore la prostitution. On y retrouve également un personnage énigmatique, déjà présent dans « Apocalypse bébé », la Hyène.

Mais quid du récit ? Il n’y en a pas ! Ce tome 1 n’est qu’une façon de planter le décor. Le lecteur attend à présent que l’histoire se déroule et de comprendre comment lier entre eux cette multiplicité de personnages..

Y a pas à chier : ce tome 1 reste quand même une réussite et on a vraiment plaisir à rentrer dans cette « comédie (in)humaine ».  On attend à présent l’acte II.

Ma note : 4/5

Publié dans Littérature

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article