Mamma Maria de Serena Giuliano

Publié le par mademoisellechristelle

Ce que dit la quatrième de couv' : « Ciao, Sofia, qu’est-ce que je te sers ? Comme d’habitude ? Et j’ajoute un cornetto, parce qu’il faut manger, ma fille !

– Oui, merci, Maria. »

Je m’installe en terrasse, face à la mer, comme chaque matin depuis que je suis de retour en Italie. J’aime bien travailler au son des tasses qui s’entrechoquent. Et, au Mamma Maria, j’ai toujours de la compagnie. Il y a ceux qui viennent tuer le temps. Il y a les enfants qui rêvent devant le comptoir à glaces. Il y a les ados qui sirotent un soda, monsieur le curé, et, surtout, mes partenaires de scopa.

Ici, on vient échanger quelques mots, partager un apéro, esquiver la solitude ou écouter Celentano. Moi, je viens pour me persuader que j’ai bien fait de quitter Paris… et l’autre abruti.

Il fait quand même meilleur ici.

Et puis, on cherche aussi à profiter de la bonne humeur (ou non) de Maria, qui mène, comme une mamma, tout ce petit monde à la baguette.

Bref, j’ai enfin retrouvé mon village paisible.

Enfin, paisible jusqu’au jour où…

« Ahhh, elle est là, mon soleil ! Bonjour ma beauté. Tu vas bien ? Qu’est-ce que je te sers ? Comme d’habitude ?
- Oui, merci Maria. »
Je lui réponds en me hissant sur le comptoir pour claquer un gros baiser sur sa joue dodue et j’ajoute :
« Je m’installe dehors, il fait trop beau !
- Je t’apporte ton café tout de suite »

Ce que j’en pense : E bellissimo questo libro ! Grazie Serena Giuliano !

Allons-y directement et simplement  : j'ai adoré ce livre. Dans son nouveau roman, Serena Giuliano nous offre un très beau voyage dans cette Italie si chère à son cœur, et plus précisément sur la sublime côte amalfitaine.

Alors.......Andiamo !

Sofia est une jeune femme rentrée dans son Italie natale après un chagrin d'amour parisien. Et elle habite l'un des plus bel endroit au monde : une petite ville perchée sur la côte amalfitaine . Dans sa petite ville, il y a le bar de Maria. Et dans le bar de Maria, il y a ceux qui jouent à la scopa, ceux qui prennent l'aperitivo après le travail, les enfants qui salivent devant les glaces, il y a des jeunes, des vieux, des visages amicaux, d'autres moins, ça sent bon la sauce tomate et le basilic frais. La vie y est rythmée au son du chanteur italien Celentano et surtout... il y a Maria, un sacré personnage qui mène tout le monde à la baguette ! Maria, c'est l'âme de l'Italie : une vraie mamma avec du caractère et la main sur son (grand) cœur.

Mais voilà. Un jour, la vie des habitants de cette petite ville va se trouver bouleversée par l'arrivée de deux migrants qui va faire resurgir la question du racisme montant en Italie.  Et on verra que tout le monde ne gère pas l'acceptation de l'autre de la même façon...

Le roman est écrit à deux voix : celle de Maria et celle de Sofia. Il y est question de solidarité, d'amitié et de tolérance. C'est une histoire touchante,  dans laquelle on ressent toute la tendresse de l'auteure pour ses personnages et pour son pays. Non seulement on lit une belle histoire, mais on est aussi immergé dans la culture italienne.

Certains penseront que c'est bourré de bons sentiments mais franchement, les bons sentiments, ça ne fait de mal à personne ! Et puis, ça fait du bien aussi de constater qu'il existe encore des gens avec un peu d'humanité  sur cette Terre : moi ça me réchauffe le cœur.

Ma note : 3,75/5

Publié dans Littérature

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article