Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Rien ne s'oppose à la nuit de Delphine de Vigan

Publié le par mademoisellechristelle

Tout sur ma mère, comme disait le film.. Notre mère, on l’a aimée, on l’a détestée, on lui a tourné le dos, parfois elle a été notre meilleure amie, parfois on l’a rejetée.. Delphine de Vigan, elle, l’a tellement aimée qu’elle lui a consacré un livre.
rien ne s'oppose à la nuitL’histoire : Le livre est divisé en plusieurs parties. Une première partie est consacrée à l’enfance de Lucille, la mère de l’auteure. Lucille a grandi au sein d’une fratrie composée de neuf enfants. Le père, Georges, est autoritaire et tient à régner en maître sur sa petite famille. La mère, Liane, est entièrement dévouée à sa famille et son mari et ne vit que pour faire des enfants auxquels elle vouera un amour inconditionnel. La famille de Lucille mène bon train et a même plutôt tendance à vivre au-dessus de ses moyens. Le plus important dans cette famille est de toujours sauvegarder les apparences.
Lucille a eu du mal à se construire une identité et trouver sa place au sein de cette famille nombreuse. C’est très jeune qu’elle va commencer à côtoyer ces drames qui ponctueront son existence par la suite. Puis Lucille grandit et tombe amoureuse de Gabriel, avec qui elle aura deux enfants.
C’est à partir de la deuxième partie que le livre de Delphine de Vigan prend tout son sens. Delphine de Vigan va alors nous décrire l’état de folie dans lequel plonge sa mère, sous les yeux impuissants de ses deux filles. Lucille est psychologiquement instable et est diagnostiquée bipolaire. De nouveaux drames familiaux vont par la suite la précipiter dans sa chute.
Mais surtout, Lucille a un lourd secret qui la ronge depuis des années et qu’elle n’a jamais avoué. Pas même à elle-même.
Ce secret, elle va un jour choisir de le révéler à ses parents et ses frères et sœurs. Personne dans sa famille n’en a tenu compte et tout le monde a fait comme si de rien n’était. Quelques temps après, Lucille se faisait interner.
Ce que j’en pense : j’ai entendu beaucoup d’éloges à propos de ce livre et je ne savais vraiment pasvigan.jpg à quoi m’attendre quand je l’ai ouvert pour la première fois. Pour être honnête, je me suis même demandée pourquoi on lui a attribué autant d’éloges pendant environ les 200 premières pages..
En effet, ce n’est véritablement qu’à partir de la deuxième partie que le livre démarre et.. que le lecteur devient accro !
On comprendra plus tard que la première partie, même si elle n’est pas particulièrement passionnante, est néanmoins nécessaire car elle pose les bases du roman (que l’on pourrait plutôt qualifier de biographie).
Delphine de Vigan nous plonge donc dans l’univers de sa mère dont elle essaie de saisir les aspects de sa personnalité et l’origine du trouble qui l’a tant affecté. Mais comment saisir cette mère insaisissable ? Comment comprendre les actes et les pensées d’une mère que la folie sépare de sa fille ?
Ce sont notamment ces questions que se pose l’auteure au travers de différents interludes qui ponctuent le livre et aux termes desquels elle nous expose les raisons de sa démarche.
Alors, pourquoi avoir écrit un livre entier sur sa mère ?
J’ai pu lire un peu partout sur la blogosphère que l’écriture de « Rien ne s’oppose à la nuit » était une manière pour Delphine de Vigan de rendre hommage à sa mère. Néanmoins, je ne suis pas si sûre que cela soit si simple..
A mon avis, « Rien ne s’oppose à la nuit » n’est pas un simple hommage d’une fille à sa mère. Non, c’est bien plus que ça..
Il me semble plutôt que l’auteure a cherché un moyen de se rapprocher de sa mère et de créer un lien unique avec elle.
Je pense également qu’elle a écrit ce livre pour mieux comprendre qui elle était elle-même et qu’elle a utilisé l’écriture à des fins thérapeutiques. Et pour cela, elle a couché ses idées et son raisonnement sur les pensées de Lucille sur le papier comme on couche parfois certaines pensées pour mieux les identifier et les analyser. Eh oui, tout le monde sait bien que pour comprendre où l’on va, il faut comprendre d’où l’on vient..
Enfin, comme elle dit elle-même, grâce à ce livre, Delphine de Vigan a donné à sa mère un rôle qu’elle n’avait jamais eu et qu’elle avait toujours fantasmé jusqu’à présent, elle lui a offert un « destin de personnage », un « cercueil de papier ».
« Rien ne s’oppose à la nuit » va au-delà des mots pour raconter tout l’amour que cette mère a pu avoir pour ses enfants et tout l’amour qu’une enfant peut avoir pour sa mère. Car ce livre est, quoi qu’on en dise, rempli d’amour..
mere-et-sa-fille.jpgIl y a une chose que j’ai réellement apprécié dans ce livre c’est que lecteur n’est à aucun moment plongé dans le « pathos » ou la complainte. Ce livre ne dit pas : « Oh pauvre moi ! Plaignez-moi, aimez-moi ! ».
Bien au contraire, Delphine de Vigan est vraiment très digne et décrit les faits avec une grande sobriété voire même une certaine froideur.
« Rien ne s’oppose à la nuit » aborde également à mon sens un autre thème : le fait de s’occuper de l’un de ses parents malade et l’attitude à adopter lorsque l’on se sent impuissant face à la maladie qui le ronge.
Certains estiment que la maladie est trop lourde à gérer seul et délèguent cette tâche. D’autres au contraire, prennent le problème à bras le corps. C’est pour ce dernier choix qu’a opté Delphine de Vigan.
Aussi, même si sa mère l’a souvent rejetée ou s’est parfois montrée violente, Delphine de Vigan, tout comme sa sœur, l’a toujours soutenue et est restée à ses côtés jusqu’au bout. Jusqu’au bout, elle avait besoin de sa mère.
 Pour moi, ce livre est un véritable coup de cœur. Passé l’ennui des 200 premières pages, je n’ai pu me dégager que très difficilement de sa lecture. « Rien ne s’oppose à la nuit » est d’une force et d’une puissance qui font définitivement les bons livres.
Un aspect m’a tout de même dérangé. A raconter ces histoires de famille et laver son linge sale en public, le lecteur a l’impression de s’introduire clandestinement au sein de cette famille et de les observer en tant que spectateur invisible de leur déchéance. L’histoire relève donc quelque part du voyeurisme ou de la curiosité mal placée. On se sent finalement assez gêné.
grand papillon rose et noir personnalisez sculpture photo-pgrand papillon rose et noir personnalisez sculpture photo-pgrand papillon rose et noir personnalisez sculpture photo-pgrand papillon rose et noir personnalisez sculpture photo-p
Et pour finir, une petite citation : « J'ai pensé qu'être adulte ne prémunissait pas de la peine vers laquelle j'avançais, que ce n'était pas plus facile qu'avant, quand nous étions enfants, qu'on avait beau grandir et faire son chemin et construire sa vie et sa propre famille, il n'y avait rien à faire, on venait de là, de cette femme; sa douleur ne nous serait jamais étrangère. »
 
« Rien ne s’oppose à la nuit » fait référence au titre de Bashung, « Osez Joséphine ». Personnellement, ce livre m’a plutôt rappelé cette chanson..

 

Publié dans Littérature

Partager cet article

Repost 0

Le silence des Chagos de Shenaz Patel

Publié le par mademoisellechristelle

 
le silence des chagosL’histoire : « Le silence des Chagos » raconte l’histoire de Charlesia et de Désiré. Tous les deux sont originaires de Diego Garcia, une île qui fait partie de l’archipel des Chagos, archipel voisin de l’île Maurice.
La vie est paisible et douce à Diego Garcia : on travaille pour la communauté le matin, on pêche l’après-midi et on danse le séga tous les samedis soir. Chacun y mène une vie simple, proche de la nature et dénuée de toute superficialité matérielle (on n’achète rien sur l’ile, chacun reçoit la même ration de nourriture).
Et pourtant, Charlesia et Désiré seront contraints par la force de quitter Diego Garcia, dans des circonstances dramatiques, pour être déportés à l’île Maurice.
C’est à travers ces deux voix que l’auteur raconte la détresse et l’incompréhension d’un peuple à qui l’on a volé sa terre natale, à qui on a volé ses racines, et qui est resté malgré tout silencieux et digne.
Ce que j’en pense : Avant de vous donner mon avis, je pense qu’il serait utile de vous parler un peu de l’histoire du peuple chagossien.
L’archipel des Chagos était auparavant annexé à l’île Maurice qui était elle-même colonie britannique. En 1965, alors que Maurice négociait son indépendance, des pots de vin auraient été versés aux autorités politiques afin d’échanger les Chagos contre l’indépendance de l’île.
Une fois l’archipel des Chagos sous la main britannique, ces derniers louèrent les Chagos aux Etats-Unis qui en firent une base militaire. Les habitants de Diego Garcia ont été précipitamment évacués, sans qu’aucune explication ne soit leur fournie. Certains ont été déportés à Maurice, d’autres aux Seychelles. Ce n’est que bien plus tard qu’ils ont découvert la raison de leur exil forcé.
Depuis ces départs forcés, le Groupe réfugiés Chagos a déposé plusieurs plaintes. Le 3 novembre 2000, la Haute cour de justice de Londres reconnaissait l’illégalité de la déportation et le droit au retour de ce peuple. Mais en dépit de ce jugement, cette décision n’a jamais été appliquée.
Voilà un livre qui sent bon le sable chaud et les épices.. Mais ces épices ont un goût bien amer pourdiego-garcia.jpg le peuple chagossien..
C’est le premier auteur mauricien que je lis (je suis moi-même d’origine mauricienne) et je dois avouer que je ne suis pas déçue.
En effet, je ne connaissais que très peu l’histoire de Diego Garcia et de l’archipel des Chagos. Je l’ai vécue à travers deux personnages : Charlesia qui est née et a vécu une grande partie de sa vie à Diego Garcia et Désiré qui est né sur le bateau qui emmena sa famille à Maurice.
Charlesia est une âme en peine qui ère au port en espérant qu’un bateau l’emportera un jour chez elle. Elle ne comprend pas pourquoi plus aucun bateau ne repart pour son île et pourquoi elle ne peut pas retrouver sa maison. Charlesia est nostalgique de son ancienne vie à Diego Garcia et vit constamment à travers ses souvenirs.
Ces souvenirs, elle va les partager avec Désiré, qui pourrait être son fils. Désiré n’a pas connu Diego Garcia. Sa mère l’a mis au monde sur le bateau qui l’a exilé à l’ile Maurice. Désiré ne connait ni ses racines, ni son origine et il a besoin de savoir d’où il vient pour savoir qui il est. Désiré a grandi sur une terre qu’il ne connait pas et qui ne le reconnait pas (on refuse de donner des papiers d’identité à Désiré). Il doit pouvoir comprendre pour pouvoir se construire.
C’est une bien triste histoire que vient nous raconter Shanez Patel : le déracinement d’un peuple au profit d’intérêts pécuniaires et politiques, des intérêts qui ne sont pas les leurs. Une fois le livre fermé on se pose d’ailleurs la question suivante : « mais comment a-t-on pu ? ».
Suite à leur exil, les chagossiens ont tout perdu et ont été entassé dans des bidons villes. Ils n’ont eu droit à rien : aucune explication, aucune prise en charge et ont subi la tyrannie du profit de plein fouet.
Charlesia et Désiré ont réellement existé et c’est pour leur rendre hommage et porter leur voix et leur combat que Shenaz Patel a écrit ce roman, que l’on pourrait qualifier de témoignage. Il se lit très facilement et contient quelques dialogues en créole local, ce qui donne une petite touche d’authenticité au récit.
J’ai pris plaisir à le lire mais j’ai trouvé qu’il manquait un petit quelque chose à l’écriture pour qu’il devienne un coup de cœur. Néanmoins, ce livre a l’avantage d’attirer notre attention sur l’histoire du peuple chagossien ; et en tout état de cause, on ne peut que ressortir bouleversé de l’histoire du « silence des Chagos ».
grand papillon rose et noir personnalisez sculpture photo-pgrand papillon rose et noir personnalisez sculpture photo-pgrand papillon rose et noir personnalisez sculpture photo-p
 
Et pour finir, une petite citation : "Létan mo ti viv Diego.. Mo ti kouma payanké dan lézer.. Dépi mo apé viv dan Moris.. Mo amenn lavi kotomidor" (Poème composé par les chagossiens en exil à Maurice)
Voici une chanson mauricienne (la musique typique traditionnelle s’appelle le séga) qui parle de l’exil des chagossiens (avec quelques images de la merveilleuse ile de mon cœur)
 
Ce billet intègre le challenge de Géraldine279733ILEDESERTE2

Publié dans Littérature

Partager cet article

Repost 0

La jouissance de Florian Zeller

Publié le par mademoisellechristelle

la jouissanceL’histoire : « La jouissance » raconte l’histoire d’un jeune couple d’une trentaine d’années, Pauline et Nicolas, issus de la « génération Y ». Nicolas est passionné de cinéma et rêve d’en faire son métier à la manière de Godard. Pauline, elle, est angoissée par l’avenir et travaille dans une grande entreprise de cosmétique où elle espère faire carrière.

 

Pauline et Nicolas se rencontrent, se découvrent, se désirent, s’aiment, vivent ensemble. Si Pauline voit Nicolas comme l’homme de sa vie et celui avec lequel elle se voit vieillir, Nicolas, quant à lui, est beaucoup moins sûr de lui, et a peur de passer à côté de sa vie en restant avec une seule partenaire.

Un jour, Pauline annonce à Nicolas qu’elle est enceinte.  La routine s’installe ; leurs pulsions égoïstes et leur envie de fuir l’engagement aussi.

Ce que j’en pense : pour moi, «la jouissance » est plus une analyse psycho-sociologique du couple moderne qu’un véritable roman. En effet, l’histoire est plutôt sommaire et banale et le lecteur attachera beaucoup plus d’importance à l’analyse des sentiments de chacun des personnages (dès les premières pages, j’ai eu envie de prendre mon carnet et mon stylo pour prendre des notes).

D’ailleurs, Florian Zeller avoue volontiers avoir rédigé ce livre après observation de son entourage. La plupart de ses amis, trentenaires, se sont tous installés en couple et ont commencé à faire des enfants… pour se séparer peu de temps après. Etonnant ? Pas tant que ça pour une génération qui a, selon l’auteur, « désappris » à faire des enfants.

Mais alors, « la jouissance » de quoi ça parle ?

Tout d’abord, on peut y voir assez nettement la différence de conception de l’amour et du couple entre l’homme et la femme.

L’amour au masculin est très terre à terre et cartésien. L’homme a notamment besoin de définir etRobert-Doisneau----chez-Philippe-dit-Arthos.jpg d’identifier chaque sentiment avant de pouvoir leur donner une existence. Il a également un besoin chronique de comparaison entre ses différentes partenaires pour s’assurer qu’il a bien ce qu’il y a de meilleur. En effet, l’homme supporte assez mal l’idée de rester avec une seule partenaire toute sa vie car il ne pourra satisfaire tous ses désirs et il aura l’impression de passer à côté de sa vie. C’est notamment cette pensée qui le fait fuir (en courant) l’engagement.

La femme, au contraire, place l’amour sur un piédestal et donne plus d’importance aux sentiments et au spirituel qu’au pragmatisme. Contrairement à l’homme, elle a une vision monogame de l’amour et croit à l’amour pour la vie. Ce qu’elle attend de l’amour, c’est avant tout un moyen de se rassurer. Pour cela, elle souhaitera trouver un homme en qui elle verra un protecteur et qui la rassurera sur ses angoisses à propos du futur. C’est donc pour cela qu’elle recherche l’engagement.

On peut aussi noter que la vision de la femme selon le personnage de Nicolas est binaire : soit elles sont des femmes d’une vie (Pauline), soit elles sont des femmes d’une nuit (Sofia). Mais il n’existe pas de troisième catégorie.

Une question essentielle est également posée dès le début du livre et constitue son thème principal : pour qui peut-on encore se sacrifier aujourd’hui ?

Dans « la jouissance », il est question d’enfant et de maternité. On sait tous que la naissance d’un enfant bouleverse la vie d’un individu qui devra alors faire de nombreux sacrifices pour cet enfant.

Néanmoins, « la génération Y » que nous sommes, qui nous regardons constamment le nombril en quête d’amour et d’estime de soi, qui ne jurons que par les loisirs et par les plaisirs solitaires… sommes-nous vraiment prêts à accueillir un enfant ? Sommes-nous vraiment prêts à disparaitre et reléguer notre individualisme au second plan pour un enfant ?

Vraisemblablement pas pour l’auteur.

anne-geddes.jpgCe livre pose définitivement la question de la place du MOI dans le couple aujourd’hui. Pour Nicolas, l’engagement et les sacrifices que cela implique lui donnent envie de fuir à toutes jambes ! Hors de question de sacrifier ses sorties, ses potes, ses envies, sa carrière (bref tout ce qui excite ses pulsions narcissiques et égoïstes) pour sa compagne ou son enfant qu’il relèguera au second plan (ou à sa mère). C’est d’ailleurs cette absence de sens du sacrifice qui va le conduire à l’infidélité ; il se révèlera incapable de placer son MOI après son enfant et après sa compagne.

Pauline, quant à elle, rêve du type de relation qui existait au siècle dernier mais surtout d’une relation où elle pourrait totalement maitriser son compagnon et le modeler selon l’image qu’elle souhaite. Pauline fera donc passer ses désirs avant ceux de son compagnon et de sa personnalité.

Ainsi, Pauline et Nicolas représentent une génération qui n’a plus le sens du sacrifice. Ils n’aspirent qu’à la jouissance individuelle. C’est ce qui explique, selon l’auteur, le nombre de séparation des jeunes parents trentenaires de nos jours.

Par ailleurs, pour nous parler du couple, Florian Zeller a choisi de comparer la construction du couple à la construction de l’Europe. En ce qui me concerne, je n’ai pas trouvé cette analyse particulièrement pertinente et percutante, donc je passerai sur ce sujet.

Enfin, « la jouissance » est un livre qui se lit en très peu de temps (une journée peut suffire) et très facilement. Le lecteur n’éprouve pas de sensation d’ennui : les phrases sont courtes, le rythme dynamique constant, le style est incisif mais fait passer intelligemment le message de l’auteur.

Après avoir refermé ce livre, je me suis dit que beaucoup de couples ont sans doute dû se reconnaitre à travers Pauline et Nicolas. Et qui sait, peut-être même l’auteur le premier..

grand papillon rose et noir personnalisez sculpture photo-pgrand papillon rose et noir personnalisez sculpture photo-pgrand papillon rose et noir personnalisez sculpture photo-pgrand papillon rose et noir personnalisez sculpture photo-p

 

Et pour finir, une petite citation :

-          « Ça se passe bien entre vous ?

-          Pourquoi ?

-          Non je te pose la question.

-          Ça va.

-          Parce que j’ai remarqué que la plupart des gens qui font un enfant se séparent dans l’année qui suit…

-          Tu dis ça pour me remonter le moral ?

-          Non, non, je te dis ça sérieusement. Tu n’as pas remarqué ? Moi, en tous cas, autour de moi, c’est flagrant. […] C’est quelque chose qui me frappe. Pas toi ? Il me semble qu’avant, le fait d’avoir un enfant avait plutôt tendance à consolider les liens entre les parents... Non ?

-          Je ne sais pas. Moi, mes parents se sont séparés quand j’avais quinze ans. Les tiens aussi ».

 

Publié dans Littérature

Partager cet article

Repost 0

Le coeur cousu de Carole Martinez

Publié le par mademoisellechristelle

coeur-cousuL’histoire : c’est à travers la plume de Soledad que nous allons suivre l’histoire de sa mère, Frasquita Carasco, et celle de ses enfants.

Frasquita est née dans un petit village au sud de l’Espagne dans les années 1930. Mais Frasquita n’est pas une jeune fille comme les autres : certains la qualifieraient de magicienne, d’autres la qualifieraient de sorcière. En réalité, Frasquita possède un secret qui se transmet de générations en générations.

Lorsqu’elle devint une jeune fille, sa mère l’initia à des prières ancestrales et lui transmis une boite mystérieuse que l’on transmet dans sa famille depuis la nuit des temps. Frasquita y découvre alors des fils et des aiguilles et s’initie à la couture.

Mais Frasquita ne se contente pas seulement de rapiécer de simples chiffons, elle fait bien plus que cela : elle coud les êtres ensembles, elle raccommode les êtres à la vie, elle reprise les hommes effilochés. Ainsi, Frasquita développe un don extraordinaire pour la couture.

Puis vient le temps où ses parents décident de la marier. Ils choisissent pour elle José, jeune forgeron du village, avec qui elle aura cinq enfants. Personnage particulièrement égoïste et méprisable, José délaisse fort vite sa femme et ses enfants pour s’adonner à l’une de ses passions : les combats de coqs.

C’est d’ailleurs au cours de l’un d’eux que José perdra sa femme. Frasquita préfèrera alors prendre la fuite, prenant ses enfants sous le bras, et trainant tant bien que mal sa charrette à bras.

A ce moment, commence pour Frasquita et ses enfants un long périple à travers l’Espagne, au cours duquel elle croisera des personnages dignes des contes et légendes tels que le meunier fantôme, les guerriers révolutionnaires ou encore l’ogre chasseur d’enfants.

Mais surtout, durant ce voyage, les enfants de Frasquita développeront eux aussi tour à tour des dons tous plus singuliers les uns que les autres et apprendront plus ou moins à les maitriser.

 

Ce que j’en pense : ce livre a suscité de nombreux coeur-cousu-copie-1.jpgcoups de cœur parmi mes collègues de la blogosphère... coups de cœur auquel je me joins bien volontiers !

L’engouement suscité par « Le cœur cousu » réside avant tout dans le style adopté par l’auteur. En effet, tout comme Frasquita a reçu un don pour la couture, il semblerait que l’auteur ait reçu elle aussi un don pour l’écriture.

Carole Martinez nous offre un récit où se mêlent et s’entremêlent gaiement la poésie (omniprésente dans le livre), le merveilleux, ou encore la magie. L’histoire de Frasquita nous est racontée sous la forme d’un conte écrit avec une élégance et une finesse que j’ai rarement connues. Par conséquent, le lecteur se retrouve comme pris au piège par ce roman duquel il ne peut plus se détacher et n’a qu’une envie : tourner les pages encore et encore pour connaître la suite des aventures de Frasquita.

Il s’agit d’un récit plein de sensibilité et on sent bien que les émotions de chacun des personnages sont développées et analysées avec une réelle passion et une intensité tout à fait singulière. Et ceci est d’autant plus impressionnant quand on sait qu’il s’agit de son premier roman !

Aussi, je ne peux que conseiller vivement ce livre à ceux qui ne lisent pas (ou peu) : il vous réconciliera sans aucun doute avec la lecture !

Sur le fond, « Le cœur cousu » aborde également différents thèmes.

eventail.jpgPour ma part, j’ai notamment retenu celui du jugement, de notre regard sur les autres, de ceux qui sont différents de nous. La famille Carasco est une famille singulière en bien des points. Et c’est cette singularité qui fera qu’ils ne seront jamais acceptés par les gens du village qui les regarderont toujours comme des gens différents, des sortes de « bêtes de foire » avec lesquelles il ne faut pas se lier.

Alors qu’au fond, les femmes de la famille n’ont pas choisi ces dons et ne font aucun mal à la population locale. Elles feront toujours face aux critiques avec dignité. C’est d’ailleurs cette dignité et cette force de caractère qui font des femmes de ce roman des personnages attachants.

Un autre thème que j’ai pu retenir est celui de la vision de l’homme et de la femme par l’auteur. En effet, il est incontestable que les hommes ont le mauvais rôle dans cette histoire. José, le mari de Frasquita, est présenté comme un homme égoïste et égocentrique qui perd tout ce qu’il possède au jeu, y compris sa propre femme. L’auteur dresse également un portrait plutôt noir et sombre de l’homme aux oliveraies. Enfin, Pedro, le seul fils de la famille, commet un méfait impardonnable à la fin de l’histoire.

La vision des femmes, en revanche, est totalement opposée et ce sont elles qui prennent toute la place dans le roman. L’auteure leur donne une dimension mystique voire même presque divine. Ainsi, les femmes sont perçues comme les gardiennes de la magie et des traditions séculaires telles un temple sur lequel les hommes pourraient se reposer (Frasquita s’occupe de son mari comme une mère s’occupe de son enfant). Ce sont elles qui guérissent ou qui accouchent, elles ont un véritable rôle maternel. Les hommes, quant à eux, se contentent de travailler et de se livrer bataille. Les femmes, au final, sont les gardiennes de la vie.

La conception de l’amour est également différente chez les hommes et les femmes. Si les hommes ne conçoivent l’amour qu’à travers le physique et la chair, les femmes, quant à elles, lui donnent une dimension spirituelle. L’acte sexuel, maintes fois évoqués par l’auteure, représentent pour les femmes une véritable communion avec leur partenaire, une manière de s’associer pour ne former plus qu’un. Contrairement aux hommes, les femmes éprouvent un désir qui les touche au plus profond de leur être.

Enfin, les enfants de Frasquita ont tous reçu un don qui encombrera plus ou moins leur vie. Je les trouve plutôt attachants dans leur ensemble. Ce qui m’a surtout plu, c’est leur pureté et leur authenticité car ils semblent exempts de tout vice. Une pureté qui leur a été très clairement transmises par la mère.

Finalement, l’histoire n’étant qu’un éternel recommencement, on se demande, lorsqu’on referme ce bouquin, s’il existe quelque part dans le monde une petite fille qui attend ; une petite fille qui attendrait avec impatience, elle aussi, d’ouvrir un beau jour sa boîte..

grand papillon rose et noir personnalisez sculpture photo-pgrand papillon rose et noir personnalisez sculpture photo-pgrand papillon rose et noir personnalisez sculpture photo-pgrand papillon rose et noir personnalisez sculpture photo-p

 

Et pour finir, une petite citation : « la mère la fait tourner sur elle-même, plusieurs fois. Plus de repères. Le sol se dérobe. Vertige. Les yeux cherchent, cherchent la lumière. S'échapper. Alors une voix s'élève dans la nuit. Pas celle de la mère. Une voix qui semble venir du cœur de la terre, une voix d'outre-tombe, et la voix, énorme, murmure, à la fois proche et lointaine, à la fois hors de Frasquita et sous sa peau, à la fois claire et sourde. La jeune fille devra tout répéter. Tout retenir. Elle n'a que quatre nuits pour engranger un savoir millénaire ».

Publié dans Littérature

Partager cet article

Repost 0

Archives