Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Les amants du Spoutnik de Haruki Murakami

Publié le par mademoisellechristelle

les-amants-du-spout.jpgL’histoire : K., étudiant à l’université de Tokyo, est secrètement amoureux de Sumire qui elle-même aime en secret Miu, une femme mariée et de dix-sept ans son ainée. Sumire a quitté l’université pour se consacrer à l’écriture, sa passion. Elle passe ses journées à rédiger des textes superbement écrits, mais qui n’ont aucune cohérence entre eux.

Miu va embaucher la jeune femme en tant qu’assistante et va l’emmener en voyage d’affaires en Europe. Lors d’une soirée en Grèce, Sumire va avouer ses sentiments à Miu qui va se refuser à elle. C’est alors que Sumire disparait mystérieusement..

 

Ce que j’en pense : Je suis tombée sur ce livre un peu par hasard dans la bibliothèque de mon frère, et comme je ne connaissais que très peu les auteurs japonais, je me suis dit que c’était l’occasion.

J’ai découvert une écriture véritablement poétique et soignée et ce fut un vrai bonheur de lire Murakami ! Il a su transporter le lecteur dans un autre monde, qui se situe entre le rêve et le fantastique (la frontière est extrêmement ténue pour ce roman), et j’ai vraiment adoré son univers.

Le titre choisi par l’auteur n’est pas un hasard. Spoutnik est une famille de satellites lancés par l’union soviétique dans les années 1950 ; Spoutnik 2 avait d’ailleurs pour passager une chienne qui ne survécut pas au voyage dans l’espace. Tout comme Spoutnik a gravité en orbite autour de la Terre, les personnages du roman gravitent en orbite autour de leur solitude.

etreinte.jpgEn effet, Les amants du Spoutnik représentent en réalité ces amants qui se tournent autour tels des satellites, se croisent parfois, mais n’interagissent jamais ensemble. Chacun des protagonistes est immensément seul dans la vie et affronte seul également son destin. C’est un peu comme dans la vraie vie : nous tournons tous autour les uns autour des autres, nous nous croisons parfois, mais nous demeurons tous seuls au fond.

Presque sur le ton de la confidence, Murakami évoque à travers ce roman la solitude des êtres mais également l’amour impossible entre les trois personnages.

Ainsi, notre triangle amoureux est composé de deux femmes et d’un homme. Sumire est le personnage central de ce roman, même si elle n’en est pas la narratrice. C’est une jeune femme fantasque et complètement décalée par rapport à la société qui n’a que deux passions dans la vie : Miu et la littérature. Miu est une femme plutôt mystérieuse qui porte en elle un lourd secret qu’elle révèlera à K. Ce dernier, quant à lui, représente la rationalité masculine. C’est d’ailleurs pour son côté pragmatique et terre à terre que Sumire a besoin de lui.

Attention : ce livre n’est pas à conseiller aux adeptes des romans d’action ou à ceux qui aiment les grands rebondissements. En effet, il faut quand même avouer que les personnages se regardent quand même pas mal le nombril pendant tout le livre !

Pour ma part, c’est comme si la lecture de ce livre m’avait plongé dans un rêve, je me suis sentie dans un autre monde, de nuit et comme enveloppée dans une légère brume.. Bon, allez, promis j’arrête de fumer et je retourne bouquiner.. A plus les amis !

 

grand papillon rose et noir personnalisez sculpture photo-pgrand papillon rose et noir personnalisez sculpture photo-pgrand papillon rose et noir personnalisez sculpture photo-p


 

Et pour finir, une petite citation : « Je fermai les yeux, tendis l’oreille, et songeai aux descendants de Spoutnik, qui continuent à tourner dans le ciel, reliés à la Terre par la seule force de la gravité. Blocs de métal solitaires, ils se croisent, dans les ténèbres sidérales ou rien n’arrête leur course, puis s’éloignent pour toujours les uns des autres. Sans mots à échanger. Sans promesses à tenir ».

Publié dans Littérature

Partager cet article

Repost 0

Le Grand Meaulnes d'Alain Fournier

Publié le par mademoisellechristelle

le grand meaulnesL’histoire : Sologne, fin du XIXème siècle. Augustin Meaulnes est un nouvel élève au pensionnat de Monsieur et Madame Seurel. Dès son arrivée, il va de suite s’imposer comme un chef de bande, le coq au milieu de la basse-cour, respecté et craint par tous. Son plus grand fan soutien sera le narrateur, François Seurel, fils de l’instituteur.

Augustin Meaulnes réussit à s’échapper du pensionnat pendant quelques jours. Il raconte sa folle épopée à François : Augustin s’est retrouvé par le plus grand des hasards à une fête donnée pour le mariage d’un dénommé Frantz de Galais. Il y rencontre la belle Yvonne de Galais, dont il va tomber éperdument amoureux, mais dont il va perdre la trace après la soirée.

De retour au pensionnat, Augustin aura pour seule obsession de la retrouver..

Ce que j’en pense : Mais pourquoi oblige-t-on les enfants à lire ce genre de livre ?!? Et après cela, on s’étonne qu’ils n’aiment pas la lecture !!!

J’ai voulu lire le Grand Meaulnes car il fait partie des classiques de la littérature française. Malheureusement pour moi, je n’en ai lu que très peu et j’essaye aujourd’hui de combler ce manque. Et sur ce coup, je dois avouer que je n’ai pas été très inspirée en choisissant le Grand Meaulnes..

Tout d’abord, j’ai eu un sentiment de profond ennui tout au long de ma lecture. J’ai trouvé l’écriture vraiment très pesante car le récit est quasi exclusivement descriptif. Il n’y a que très peu de place laissée aux dialogues et à l’intrigue elle-même. De plus, ne connaissant pas la Sologne, j’étais parfaitement insensible aux interminaaaaaables descriptions des paysages de la région.

 

grandmeaulnes2

Ensuite, je ne suis absolument pas rentrée dans l’univers du roman qui oscille entre l’univers du rêve et de la réalité. J’ai trouvé l’histoire beaucoup trop rocambolesque pour être crédible et les personnages pas du tout attachants. J’ai d’ailleurs voulu plusieurs fois attraper le narrateur et le secouer violemment en le suppliant d’être moins passif et de se rebeller contre cet Augustin, qui fout un peu de lui quand même, bon sang de bonsoir !!!

En définitive, même si je n’ai pas accroché à ce roman, je ne resterai pas sur un échec et continuerai bien évidemment à lire les classiques. Parole de bouquinator !

grand papillon rose et noir personnalisez sculpture photo-p

Et pour finir, une petite citation : « Après cette fête où tout était charmant, mais fiévreux et fou, où lui-même avait si follement poursuivi le grand pierrot, Meaulnes se trouvait là plongé dans le bonheur le plus calme du monde.

 

 Sans bruit, tandis que la jeune fille continuait à jouer, il retourna s'asseoir dans la salle à manger, et, ouvrant un des gros livres rouges épars sur la table, il commença distraitement à lire.

Presque aussitôt un des petits qui étaient par terre s'approcha, se pendit à son bras et grimpa sur son genou pour regarder en même temps que lui ; un autre en fit autant de l'autre côté. Alors ce fut un rêve comme son rêve de jadis. Il put imaginer longuement qu'il était dans sa propre maison, marié, un beau soir, et que cet être charmant et inconnu qui jouait du piano, près de lui, c'était sa femme... »

 

 

 

 

Publié dans Littérature

Partager cet article

Repost 0

Archives