Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

La fille du train de Paula Hawkins

Publié le par mademoisellechristelle

.

 

Ce que dit la quatrième de couv’ : Entre la banlieue où elle habite et Londres, Rachel prend le train deux fois par jour : à 8h04 le matin, à 17h56 le soir. Et chaque joue elle observe, lors d’un arrêt, une jolie maison en contrebas de la voie ferrée. Cette maison, elle la connait par cœur, elle a même donné un nom à ses occupants : Jason et Jess. Un couple qu’elle imagine parfait. Heureux, comme Rachel et son mari ont pu l’être par le passé, avant qu’il ne la trompe, avant qu’il ne la quitte.

 

Jusqu’à ce matin où Rachel voit Jess dans son jardin avec un autre homme que Jason. La jeune femme aurait-elle une liaison ? Bouleversée de voir ainsi son couple modèle risquer de se désintégrer comme le sien, Rachel décide d’en savoir plus. Quelques jours plus tard, elle découvre avec stupeur la photo d’un visage désormais familier à la Une des journaux : Jess a mystérieusement disparu…

Une pile de vêtements repose au bord de la voie ferrée. Un tissu bleu clair - une chemise, j'imagine - entortillé dans quelque chose d'un blanc sale. Ce sont probablement des vieux habits à jeter échappés d'un paquet balancé dans le petit bois miteux un peu plus haut, près de la berge.

Ce que j’en pense : je crois que ce roman fut l’un des plus populaires de l’année 2016. J’ai vu sa couverture partout : sur les blogs, sur youtube, sur instagram et même sur les affiches de cinéma, Steven Spielberg ayant racheté les droits du livre pour l’adapter devant le grand écran.

 

Mesdames et Messieurs, bienvenus à bord de ce TGV n°3812 en direction de Londres King’s cross. Il desservira les gares de suspens city et thriller town. Un wagon bar est à votre disposition dans la voiture n°4 dans laquelle vous pourrez déguster toutes nos boissons alcoolisées. Nous vous souhaitons un agréable voyage en notre compagnie.

 

«La fille du train» est écrit sous la forme d’un journal à trois voix : Rachel, alcoolique et dépressive qui passe son temps dans les trains à mater un couple qu’elle ne connait pas, Anna l’ex maîtresse de l’ex-mari de Rachel devenue à présent son épouse légitime et qui a l’impression d’être en permanence épiée par Rachel, et enfin Megan, alias «Jess», blonde indécente qui se pavane sur son balcon en petite tenue légère et visiblement avec des hommes différents.

Ce qui fait la force de ce roman, ce sont ces personnages. Ils ont tous un côté clair-obscur que l’on découvre au fur et à mesure du roman et témoignent bien du fait que les apparences sont parfois trompeuses.

 

Je sais que beaucoup de lecteurs ont détesté le personnage de Rachel. Pas moi. Elle m’a fait plutôt de la peine. Cette femme est complètement déboussolée : son mari la trompe, il la quitte, il garde avec la maison qu’il occupe avec sa maitresse et elle perd son boulot. A sa place, j’aurai bien débouché un ou deux bouteilles de rouge pour me remonter le moral ! Et accessoirement rayé la voiture de la maitresse, juste comme ça, en passant..

 

Et cerise sur le Mon Chéri : le couple qu’elle affectionnait particulièrement part à vau l’eau. Jess se met d’un coup à tromper Jason et disparait mystérieusement quelques jours plus tard. Avouez qu’il y a de quoi péter un plomb, non ?

 

Vous l’aurez compris, le roman tourne autour de la disparition de Megan et de la découverte de son ravisseur, avec au passage, quelques squelettes cachés dans le placard pour chacun de nos personnages et révélés au fur et à mesure de la lecture.

 

A mon sens, ce livre un bon thriller psychologique. Le style est agréable à lire, on se prend assez vite au jeu de deviner qui est le coupable, mais je dois l’avouer, d’un niveau moyen. «La fille du train» me fait penser un peu au roman de Gillian Flynn «Les Apparences» mais en moins bon.

Cher lecteur,

Nous sommes tous des voyeurs. Les gens qui prennent le train tous les jours pour se rendre au travail sont les mêmes partout dans le monde : chaque matin et chaque soir, nous sommes installés sur notre siège, à lire le journal ou écouter de la musique ; nous observons d'un oeil absent les mêmes rues, les mêmes maisons et, de temps à autre, nous apercevons un éclair de la vie d'un inconnu. Alors on se tord le cou pour mieux voir.

Oui, nous sommes tous des voyeurs. Comment blâmer Rachel qui observe un couple à travers les vitres d’un train alors que nous-mêmes épions la vie des autres à travers nos écrans de télévision ou les réseaux sociaux.

 

Ce roman nous le confirme, les apparences sont trompeuses.. alors attention au matage !

 

Ma note : 3/5

Publié dans Littérature

Partager cet article

Repost 0

Harry Potter et l'enfant maudit de Jack Thorne

Publié le par mademoisellechristelle

.

 

Ce que dit la quatrième de couv’ : Être Harry Potter n'a jamais été facile et ne l'est pas davantage depuis qu'il est un employé surmené du Ministère de la Magie, marié et père de trois enfants. Tandis que Harry se débat avec un passé qui refuse de le laisser en paix, son plus jeune fils, Albus, doit lutter avec le poids d'un héritage familial dont il n'a jamais voulu. Le destin vient fusionner passé et présent. Père et fils se retrouvent face à une dure vérité : parfois, les ténèbres surviennent des endroits les plus inattendus.

La gare est bondée et plongée dans une grande agitation. L’endroit déborde d’une foule de gens qui essayent tous d’aller quelque part. Au milieu de ce tohu-bohu, bouillonnant et tourbillonnant, deux grandes cages brinquebalent sur des chariots surchargés de bagages, poussés par deux jeunes garçons : JAMES POTTER et ALBUS POTTER. Ils sont suivis de GINNY, leur mère. Un homme de trente-sept ans, HARRY, porte sa fille, LILY, sur ses épaules.

Ce que j’en pense : « Je jure solennellement que mes intentions sont mauvaises »..

 

Comme tous les fans, lorsque j’ai découvert qu’un huitième tome de la saga «Harry Potter» allait sortir, j’ai ouvert de grands yeux ronds en hurlant un « Noooooonnnnnnnnn ?!!!!! » sorti du plus profond de mon excitation. Un huitième tome ? Mais qu’y a-t-il donc de plus à écrire ? Voldemort va-t-il ressusciter ? Un nouveau méchant va-t-il faire son apparition ? Trop de questions, trop de suspens : vite, vite, il me le faut !!! 

 

Et à présent, le précieux est à moi.. Euh.. je me trompe peut être de saga là..

 

Sur le principe, je me suis dit que s’il y a bien eu un Star Wars 7, il pouvait bien y avoir un Harry Potter 8. Pourquoi pas, après tout.. si c'est bien écrit et si les lecteurs arrivent encore à être surpris. Le moins que l’on puisse dire, c’est qu'avec cette pièce de théâtre, Jack Thorne était attendu au tournant du chemin de Traverse ! Et on ne peut pas dire que le résultat a eu le succès escompté..

- Est-ce que tu peux imaginer un tout petit peu ce que je vis ? Est-ce que tu as jamais essayé ? Non. Parce que tu ne vois pas plus loin que le bout de ton nez. Parce que tu es incapable de dépasser ton histoire idiote avec ton père. Il sera toujours Harry Potter, tu n'y peux rien. Et toi, tu seras toujours son fils.

Je comprends que beaucoup de lecteurs n’aient pas accroché à ce nouvel opus, car il est différent des autres.

 

Dans la forme tout d’abord, car il est écrit sous la forme d’une pièce de théâtre. On ne peut donc pas le lire comme on lirait un roman. Dans le fond ensuite, car le roman raconte l’histoire du fils de Harry Potter : Albus Severus Potter (tiens, tiens, il me semble que ces prénoms sont familiers).

Même si j'ai éprouvé du plaisir à retrouver mes héros favoris, il y a à mon sens deux histoires distinctes : celle de Harry et celle d’Albus. Et on ne peut qu’être déçu lorsqu’on s’attend à retrouver l’univers de Harry alors que l’on est dans celui d’Albus. C’est d’ailleurs précisément le sujet du roman et ce que recherche Albus : s’émanciper de son père et se construire sa propre identité. «Harry Potter et l'enfant maudit» raconte l'histoire de la nouvelle génération de sorciers. Beaucoup de lecteurs n'ont pas approuvé la personnalité de Harry, Ron et Hermione, mais ils sont un choix et un parti pris de l'auteur.

 

Aussi, pour apprécier le livre faut-il s’émanciper de la saga Harry Potter.

Albus est différent et c'est plutôt une bonne chose, non ? Tu sais, il voit très bien que tu fais ton Harry Potter. Ce qu'il veut, c'est voir qui tu es vraiment.

Je vous laisse la surprise de l’intrigue et en juger par vous-même, fan ou non. Le roman porte avant tout sur la quête de soi et le rapport que l’on peut entretenir avec son passé. A dire vrai, le personnage d’Albus m’a un peu agacée parfois. Je lui trouve les mêmes travers que son père (ça va être difficile, pour l’émancipation) et j’ai souvent eu l’envie de lui secouer les puces !

 

« Harry Potter et l’enfant maudit » reste tout de même un bon page turner avec une intrigue bien ficelée. Ce n’est pas l’histoire philosophique du siècle (et ce n’est pas ce qu’on lui demande) mais je trouve que l’on passe tout de même un bon moment. A conseiller pour les longues soirées d’hiver au coin du feu.

 

« Méfait accompli ».

Ma note : 3,75/5

Publié dans Littérature

Partager cet article

Repost 0

Archives