Je vais passer pour un vieux con de Philippe Delerm

Publié le par mademoisellechristelle

je vais passer pour un vieux conL'histoire : dans Je vais passer pour un vieux con, Philippe Delerm passe en revue des expressions que nous utilisons ou entendons quotidiennement sans y prêter attention, car elles sont devenues « naturelles », « normales », « banales » .

« J'ai habité trois ans rue Commines !», « Sinon, moi je peux vous emmener », « J'ai fait cinq ans de piano », sont tout autant de petites phrases familières, mais qui en disent long sur nous, notre histoire, notre personnalité etc..

Phlippe Delerm se propose donc de décortiquer chacune de ses expressions avec finesse et humour afin d'en démontrer le sens caché.

Ce que j'en pense : c'est le premier bouquin de Philippe Delerm que le lis et dois avouer que je suis plutôt assez séduite. La démarche de l'auteur m'a paru tout à fait originale et j'ai bien ri à la lecture de certains chapitres en pensant aux expressions que j'utilisais également. 

Ce livre me rappelle un peu l'un des sketch de Bigard (dont j'ai oublié le nom), dans lequel lui aussi décortique avec humour les banalités de notre quotidien, que l'on dit sans réfléchir : « Oui, bonsoir, c'est pour dîner ? .. Non c'est pour faire un tennis connard ! »

Pour ma part, j'ai beaucoup aimé les chapitres Vous n'avez aucun message, C'est vraiment par gourmandise et Comment il l'a cassé, à la lecture desquels j'ai bien ri.

L'écriture de Delerm est très facile à lire et le livre peut se lire en une heure. Les récits sont condensés mais en disent long. Une très belle leçon de littérature !

 

grand papillon rose et noir personnalisez sculpture photo-pgrand papillon rose et noir personnalisez sculpture photo-pgrand papillon rose et noir personnalisez sculpture photo-p


Et pour finir, une petite citation : «Comment il l'a cassé ! Quelle expression nos ancêtres utilisaient-ils quand ils éprouvaient le réjouissement pervers de voir un acteur de la comédie humaine crucifié par un contradicteur ? […] Quand le Christ disait à Saint-Thomas : « Parce que tu as vu, Thomas, tu as cru. Heureux celui qui croit et ne voit pas », aucun des apôtres ne s'exclamait « Comment il l'a cassé », même si le sentiment éprouvé devait être assez proche ».

 

 


 

 


Publié dans Littérature

Commenter cet article

Theoma 09/11/2013 17:19


Un auteur qui a le sens de la formule !

mademoisellechristelle 10/11/2013 15:19



En somme, un amoureux de la langue française..



Le Chat du Cheshire 03/11/2013 19:02


Je ne connaissais pas du tout, mais ca me tente énormément :) !

mademoisellechristelle 05/11/2013 17:14



Oui, je te le conseille : il est vraiment très facile à lire !