Victor Hugo vient de mourir de Judith Perrignon

Publié le par mademoisellechristelle

.

 

Ce que dit la quatrième de couv’ :

 

Vibrez de la ferveur

et de la fureur de Paris,

vivez les funérailles de l’Immortel.

 

Le poète vient de rendre son dernier souffle et, déjà, la nouvelle court les rues, entre les boutiques, les ateliers, les bureaux. Paris est pris de fièvre. Chacun veut rendre un dernier hommage et participer aux obsèques nationales qui mèneront l’Immortel au Panthéon. Deux millions de personnes se presseront sur le parcours du corbillard en ce jour de funérailles intense et inoubliable.

 

D’un évènement historique et en tout point exceptionnel nait un texte intime et épique où tout est vrai, tout est roman.

Ils ont peur déjà, le désordre vient si vite.

Depuis la veille, les officiers de paix en faction devant l’hôtel particulier récupèrent les bulletins médicaux dans le vestibule. Ils en font des rapports qui finissent sur les bureaux de la préfecture. Ils sont signés Féger, chef de la brigade du 16ème arrondissement. « Nuit relativement calme », dit le dernier, publié à seept heures trente ce matin.

Ce que j’en pense : je n’émettrai pas d’avis sur ce livre… Non pas que ce roman ne soit pas bon, mais je crois que je ne suis pas faite pour lire des romans historiques.

 

Victor Hugo vient de rendre son dernier souffle. Toute une foule se presse autour de chez lui pour assister aux funérailles du poète et héros national. Victor Hugo, c’est celui qui a combattu pour la République, c’est celui qui a tenu tête à Napoléon mais c’est aussi celui qui a soutenu le peuple.

 

Du coup, tout le monde veut lui rendre un dernier hommage : bourgeois comme prolétaires. A travers son récit, l’auteur nous plonge directement dans le Paris de 1885 et c’est comme si on y était : on sent les odeurs, on entend les bruits des crieurs de journaux etc… le tout sur fond d’idéologie et de politique.

 

J’ai vraiment été séduite par l’écriture de Judith Perrignon qui a fait un merveilleux travail de recherches et d’écriture, ce que je tiens à saluer. Toutefois, je suis restée assez hermétique face à l’histoire (avec un petit h) car je n’ai pas été touchée par ce roman. Mais cela reste uniquement une appréciation personnelle. J’ai d’ailleurs ressenti un peu la même chose lorsque j’ai lu « au revoir là-haut ».

 

Aussi, je ne remets pas en doute la très grande qualité de cette lecture mais je me dis que je devrais sans doute ne plus lire de romans historiques car ils ne sont pas faits pour moi (mais cela reste encore très personnel).

 

Le coup de cœur est raté pour ma part mais je le conseille vivement aux amoureux de l’histoire (avec un grand H).

 

Publié dans Littérature

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article