Einstein, le sexe et moi d'Olivier Liron

Publié le par mademoisellechristelle

 

 

Ce que dit la quatrième de couv’ : « Je suis autiste Asperger. Ce n’est pas une maladie, je vous rassure. C’est une différence. Je vais vous raconter une histoire. Cette histoire est la mienne. J’ai joué au jeu télévisé Questions pour un champion et cela a été très important pour moi. »

 

Nous voici donc en 2012 sur le plateau de France 3 avec notre candidat préféré. Olivier Liron lui-même est fort occupé à gagner ; tout autant à nous expliquer ce qui lui est arrivé. En réunissant ici les ingrédients de la confession et ceux du thriller, il manifeste une nouvelle fois avec l’humour qui est sa marque de fabrique, sa très subtile connaissance des émotions humaines.

Je suis autiste Asperger. Ce n’est pas une maladie, je vous rassure. C’est une différence. Je préfère réaliser des activités seul plutôt qu’avec d’autres personnes. J’aime faire les choses de la même manière.

Ce que j’en pense : Alors là, je crie au génie et au chef d'oeuvre (oh génie ! oh chef d'oeuvre !). J'ai été touchée en plein cœur par ce roman. C'est même plus qu'un roman, c'est une décharge émotionnelle : on en prend plein les yeux, plein les mots et plein le cœur (j’ai versé une larme à la dernière page).

 

Tout d'abord, j'ai adoré l'écriture d'Olivier Liron : sa plume est fine, intelligente et drôle à la fois. Sous couvert d'une apparente légèreté se cache en réalité une grande profondeur et une grande sensibilité chez cet auteur ; une sorte d'écriture à fleur de peau. Le passage sur le harcèlement dont il a été victime à l'école m'a pris aux tripes. L'éducation nationale devrait sérieusement songer à faire étudier ce passage à l'école au lieu de distribuer des brochures édulcorées qui ne servent à rien.

 

Dans « Einstein, le sexe et moi », Olivier Liron utilise sa participation à l'émission « Questions pour un champion » comme décor pour nous raconter son histoire. Olivier Liron est autiste Asperger ("Ce n'est pas une maladie, je vous rassure. C'est une différence."). Il nous explique au début du roman qu'il a du mal à comprendre le sarcasme et l’ironie, qu'il adore le chocolat à l'orange et que toutes ses émotions sont exacerbées. Plus tard, avec les filles, c'est compliqué : il ne sait pas comment s'y prendre, il a honte de son corps et les relations humaines le dépassent un peu.

J'aurais voulu lui dire que je ne m'accordais pas le droit d'être moi-même, qu'on ne m'avait jamais accordé le droit d'être moi-même, et que j'avais l'impression d'être mon propre tyran en permanence, mon propre monstre. J'ai un monstre en moi.

L’histoire s’ouvre sur le sentiment de violence que l'auteur éprouve à l'égard des autres, ceux qui ne comprennent pas sa différence ; puis, grâce à son introspection, le lecteur comprend que l’histoire de la vie d’Olivier Liron n’est pas un combat contre les autres, c’est un combat contre lui-même.  

 

Ce livre s'adresse à ceux qui ne rentrent pas dans le moule, les minorités (visibles ou invisibles), à ceux qui sont assis au fond de la salle, en se demandant ce qu'ils font là, aux parias, aux oubliés... et à tous les autres aussi. C’est un vrai coup de/au cœur, une pépite littéraire. Bravo champion !

 

Ma note : 4,5/5

 

Publié dans Littérature

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article