Le secret du mari de Liane Moriarty

Publié le par mademoisellechristelle

 

Ce que dit la quatrième de couv’ : Jamais Cecilia n’aurait dû trouver cette lettre dans le grenier. Sur l’enveloppe jaunie, quelques mots de la main de son mari : « A n’ouvrir qu’après ma mort ». Quelle décision prendre ? Respecter le vœu de John-Paul, qui est bien vivant ? Ou céder à la curiosité au risque de voir bousculer sa vie ? Tous les maris – et toutes les femmes – ont leurs secrets. Certains peuvent être dévastateurs. Best-seller aux Etats-Unis, ce roman, intense, pétillant et plein d’humanité, allie habilement suspense et émotion pour marquer son lecteur d’une empreinte durable.

Tout ça, c’était à cause du mur de Berlin.

S’il n’avait pas été question du Mur de Berlin, Cecilia n’aurait jamais trouvé la lettre et ne serait pas là, assise à la table de sa cuisine, à tenter d’ignorer la petite voix qui lui disait de l’ouvrir.

Ce que j’en pense : L’histoire se déroule dans une banlieue chic en Australie qui ressemble étrangement à Wisteria Lane (cf. Desperate Housewives), tout comme ses protagonistes.

 

Cecilia, épouse et mère parfaite, trouve par hasard dans son grenier, une lettre rédigée par son mari, John-Paul, et portant la mention « à n’ouvrir qu’après ma mort » sur l’enveloppe. Que faire ? L’ouvrir ou la confier au notaire pour l’annexer au testament de son mari ? (je vous avais dit que Cecilia était la femme parfaite) 

Cecilia choisit d’en parler à John-Paul qui lui fait savoir que cette lettre est sans importance et qu’il aurait dû la jeter depuis longtemps. Cela aurait dû rassurer Cecilia mais que dire du changement soudain de comportement de son mari depuis l’évocation de cette lettre… Il a même écourté son déplacement professionnel pour rentrer plus tôt chez lui.

Que contient cette fameuse lettre ? Quel secret John-Paul, le mari parfait, pourrait-il bien cacher à sa femme ?

 

Dans ce livre, il est question de petits secrets et de gros mensonges : de tromperies, de meurtres, de vengeance, etc… Exactement le genre d’ambiance typique des séries américaines ! Cecilia et John-Paul ne sont pas les seuls protagonistes de cette histoire. Il y a aussi Rachel, la secrétaire de l’école qui vit seule depuis la mort de son mari, et Tess qui revient chez sa mère après une dispute conjugale. Et bien évidemment, tous sont liés par le fameux « secret du mari ».

 

J’ai trouvé cette lecture assez agréable mais j’ai déploré le manque d’action car le côté « page turner » n’apparait qu’au début et à la fin. Et le dénouement est quant à lui assez prévisible donc la fin ne m’a pas vraiment surprise. Voilà un livre que je classerais dans la catégorie de ceux qu’on a plaisir à lire mais qui ne laissent pas un souvenir impérissable… En d’autres termes, « bien mais sans plus ».

 

Ma note : 2,75/5

 

Publié dans Littérature

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article