La petite danseuse de quatorze ans de Camille Laurens

Publié le par mademoisellechristelle

 

Ce que dit la quatrième de couv’ : Elle est célèbre dans le monde entier mais combien connaissent son nom ? On peut admirer sa silhouette à Paris, New York ou Copenhague, mais où est sa tombe ? On ne sait que son âge, quatorze ans, et le travail qu'elle faisait, car c'était déjà un travail, à cet âge où nos enfants vont à l'école. Dans les années 1880, elle dansait comme petit rat à l'Opéra de Paris ; mais comme elle était pauvre et que son labeur ne suffisait pas à la nourrir, elle ni sa famille, elle posait aussi pour des peintres ou des sculpteurs.

 

Parmi eux, il y avait Edgar Degas.

Elle est célèbre dans le monde entier mais combien connaissent son nom ? On peut admirer sa silhouette à Washington, Paris, Londres, New-York, Dresde ou Copenhague, mais où est sa tombe ? On ne sait que son âge, quatorze ans, et le travail qu’elle faisait, car c’est déjà un travail, à cet âge où nos enfants vont à l’école. Dans les années 1880, elle dansait comme petit rat à l’Opéra de Paris, et ce qui fait souvent rêver nos petites filles n’était pas un rêve pour elle, pas l’âge heureux de notre jeunesse.

Ce que j’en pense : «La petite danseuse de quatorze ans » est un essai qui raconte l’histoire du modèle qui a servi à Edgar Degas pour réaliser la sculpture qui porte le nom du roman.

 

Nous nous retrouvons donc dans le Paris des années 1880, dans une atmosphère qui n’est pas sans rappeler les romans de Zola, avec des familles pauvres et des enfants contraints de travailler pour nourrir tout le monde. On y apprend que les petits rats de l’Opéra de Paris ne sont pas les danseuses étoiles d’aujourd’hui.

En effet, il s’agissait surtout de très jeunes filles issues de familles pauvres, qui devaient travailler très dur, et étaient « exposées » à des Messieurs bien plus âgés qui « choisissaient » ensuite leur danseuse. Je vous laisse en tirer les conséquences que vous souhaitez…

 

A travers cette sculpture, Degas désirait mettre en exergue une vérité que la société choisissait délibérément ignorer. La petite danseuse de quatorze ans représente donc ces jeunes filles menant une existence misérable et réduite à l’état d’esclave dans l’indifférence la plus totale.

 

Cette sculpture s’inscrit dans le prolongement des dénonciations faites par les écrivains de l’époque (Les Misérables de Victor Hugo, Germinal de Zola etc…) sur la condition humaine.

 

Cet essai fut intéressant mais ne m’a pas transcendé, sans doute parce qu’il faisait suite à une série de lectures un peu lourdes… Je crois que j’ai définitivement besoin d’un peu de légèreté dans mes prochaines lectures !

 

Ma note : 1,75/5

Publié dans Littérature

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Les bouquins de Sylvie 02/02/2020 17:55

Dommage, le sujet semblait intéressant. Je trouve la sculpture de Degas magnifique, tellement pleine de grâce. Elle donne envie d'en savoir plus.