Histoire naturelle de Nina Léger

Publié le par mademoisellechristelle

 

Ce que dit la quatrième de couv' : « Sa beauté ne tenait qu’à un fil, elle n’était pas une force, mais un accident, un heureux hasard, le contentement d’une femme qui se sait aimée et frémit de joie à l’idée de regagner chaque soir son petit monde de tendresse poudrée. » Saint-Mares, ville sans histoire. Saint-Mares, ses commerces, ses cancans et sa bibliothèque municipale où la narratrice travaille depuis des années sans ambition ni déplaisir. Jusqu’à ce jour de mai où surgit Carole Valleski. La peau comme une banquise, de longs cheveux bruns, le regard noir. Envoyée par le Muséum national d’Histoire naturelle, elle vient s’occuper de la phonothèque léguée par feu-Monsieur le maire, un passionné de la faune savanienne qui sut capter pêle-mêle le ronflement du phacochère, la course de l’antilope et le bruissement du python royal. Mais, sous ce vernis de comédie, une relation destructrice se noue entre la narratrice et la nouvelle venue. Emportée dans une spirale dévorante, la narratrice s’emballe jusqu’au vertige, transformant la paisible bibliothèque en théâtre de fureur. Sentiments ordinaires et passions extravagantes: jusqu’où peut-on prendre à l’autre ce que l’on ne possède pas soi-même? Entre conte cruel et fantaisie réaliste, Histoire naturelle explore avec brio le thème du miroir et de l’identité.


Les ongles crissent. Elle se sent importante. Les ongles brillent, rouges, bombés. La pièce s’y reflète et s’y courbe. Les ongles crissent sur le bracelet montre : elle enlève une trace, gratte nerveusement. Elle doit être impeccable, elle doit être propre, elle doit être nette, belle, droite, ferme, parfaite.

Ce que j'en pense : des femmes jalouses d’autres femmes, vous en connaissez ? Elles sont parfois vos voisines, parfois vos amies ou encore parfois vos collègues de travail.

Mais attention, je ne vous parle pas de la jalousie du dictionnaire… non, non, non ! Ce dont il est question ici, c’est une jalousie obsessionnelle, un sentiment secret, qui envahit sournoisement l’esprit et en occupe les moindres petits recoins…

… Jusqu’à vouloir voler à l’autre ce qu’on ne possède pas et devenir l’objet de convoitise lui-même…

Saint-Mares, une petite ville de province sans histoires. C’est là que vit et travaille la protagoniste. Elle occupe un poste de bibliothécaire sans passion, ni dégoût. Son quotidien insipide va se voir bouleversé à l’arrivée de sa nouvelle collègue : Carole Valleski.

Carole est belle une brune plantureuse au regard noir, aux ongles rouges vifs, à la peau couleur banquise prête à conquérir le monde perchée sur ses hauts talons. Elle arrive spécialement de Paris afin de s’occuper de la phonothèque léguée par feu-Monsieur le maire, un passionné de la faune savanienne.

Entre les deux femmes va se nouer une relation destructrice. La narratrice sera obnubilée par sa nouvelle collègue dont elle va traquer les moindres faits et gestes, transformant la paisible bibliothèque de Saint-Mares en théâtre de sa fureur…

"Histoire naturelle" est une histoire redoutablement efficace sur le thème de la jalousie et de l'identité. Une chose m'a cependant manqué : j'aurais bien aimé pouvoir en parallèle lire l'histoire du point de vue de Carole...

Ma note : 3/5

Publié dans Littérature

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article