Au bonheur des filles d'Elizabeth Gilbert

Publié le par mademoisellechristelle

Ce que dit la quatrième de couv' : Du haut de ses 19 ans, Vivian sait déjà qu’elle ne veut pas du destin tout tracé par ses parents. Mais de sa bulle protégée, elle est loin de s’imaginer le tourbillon incroyable qu’est New York au début des années 1940. Alors, quand après un énième échec scolaire elle est envoyée chez sa tante Peg qui possède un théâtre en plein Times Square, Vivian n’en croit pas ses yeux. Entre la ville qui vibre sans cesse et la troupe d’artistes et de danseuses qui cohabitent joyeusement dans le théâtre, Vivian découvre l’exubérance, la fête et la liberté. Surtout auprès de sa nouvelle amie Celia, une sublime showgirl très émancipée pour l’époque… Mais un faux pas lors d’une virée nocturne fera hélas chavirer le nouveau monde de Vivian et la renverra à la case départ.

Quand on a goûté au bonheur d’être une fille libre, peut-on y renoncer ?

A l’été 1940, alors que je n’étais qu’une jeune écervelée de dix-neuf ans, mes parents m’envoyèrent vivre à New-York, chez ma tante Peg, qui possédait une compagnie théâtrale.
Vassar College venait de me dispenser de poursuivre mes études au motif que je n’avais jamais assisté aux cours, et avais donc échoué à tous mes examens, sans exception, de première année. J’étais moins obtuse que pouvaient le laisser croire mes notes mais, apparemment, ça n’aide pas vraiment pas de ne pas étudier. En y repensant, je me demande bien à quoi j’occupais toutes ces heures que j’aurais dû passer en cours.

Ce que j’en pense : Attention gros coup de cœur à paillettes...

Bienvenue dans le New-York des années 40 : attrapez une coupe de champagne, et rejoignez les personnages de "Au bonheur des filles" dans un univers de fête et où la vie se vit comme un feu d'artifice !

Vivian est une jeune fille de 19 ans qui peine à "rentrer dans le rang" et est en échec scolaire. Elle est alors envoyée chez sa tante Peg, propriétaire d'un théâtre à New-York. Là, elle découvre le monde du spectacle avec des étoiles dans les yeux : l'agitation d'un théâtre avant un spectacle, la création d'une pièce, les showgirls, les musiciens etc...

Vivian se découvre des talents de couturière et décide de devenir la costumière du théâtre. Elle se lie d'amitié avec Celia, une showgirl au physique à tomber qui va l’entraîner avec elle dans un tourbillon de fêtes, d'alcool... et d'hommes.

Vivian mène une existence légère, frivole, comme les bulles des cocktails qu'elle boit avec excès...jusqu'au jour où elle finira par se brûler les ailes... mais je ne peux pas vous révéler pourquoi…

Sans grosse surprise, j'ai adoré ce roman. Elizabeth Gilbert fait partie de mes auteurs dits "chouchou" (j'avais déjà adoré le sublime "mange, prie, aime") auxquels je reste fidèle. Comme à son habitude, son écriture est bienveillante et lumineuse : c'était un vrai plaisir de la lire !

L'histoire est rédigée sous la forme d'une longue lettre à une certaine Angela mais il faudra attendre la fin du roman pour comprendre de qui il s'agit. Ce livre est terriblement addictif et je vous garantis que vous ne le lâcherez que très difficilement.

A lire absolument !

 

Ma note : 4/5

Publié dans Littérature

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article