Les heures souterraines de Delphine de Vigan

Publié le par mademoisellechristelle

Ce que dit la quatrième de couv’ : Mathilde et Thibault ne se connaissent pas. Au cœur d’une ville sans cesse en mouvement, ils ne sont que deux silhouettes parmi des millions. Deux silhouettes qui pourraient se rencontrer, se percuter, ou seulement se croiser. Un jour de mai.

Les heures souterraines est un roman vibrant et magnifique sur les violences invisibles d’un monde privé de douceur, où l’on risque de se perdre, sans aucun bruit.

La voix traverse le sommeil, oscille à la surface. La femme caresse les cartes retournées sur la table, elle répète plusieurs fois, sur ce ton de certitude : le 20 mai, votre vie va changer.

Ce que j’en pense : Un livre sur l'individualisme, la violence du monde moderne, la solitude, les fragilités. Une lecture loin d'être légère mais tellement vraie.

Mathilde est une veuve qui se retrouve seule avec trois enfants. Elle travaille dans la même entreprise depuis des années, elle fait le même trajet en transports pour y arriver, elle pointe à la même heure tous les matins. Mais cela fait des mois que Mathilde n'a plus rien à faire, qu'on lui a enlevé ses dossiers, ses responsabilités, son bureau. Cela fait des mois qu'elle se tait et qu'elle cache cette situation à sa famille et ses amis.

Thibault est médecin et travaille pour les urgences médicales de Paris. Chaque jour, il se rend aux adresses que le standard lui indique. Chaque jour, il soigne les petits bobos et les grandes détresses. Sa plus grande détresse à lui s'appelle Lila et il vient de la quitter.

Mathilde et Thibault ne se connaissent pas. Ils ne sont que deux silhouettes parmi des millions. Deux silhouettes qui pourraient se rencontrer, se percuter, ou seulement se croiser. Un jour de mai. Et se demander : est-ce que tu peux m'aimer ? Avec ma vie fatiguée derrière moi, mes peurs et mes fragilités.

J'ai vraiment beaucoup aimé cette lecture. Elle reste bien en-dessous de "Rien ne s'oppose à la nuit", mais je l'ai trouvée très juste, authentique. J'ai beaucoup aimé le personnage de Mathilde, victime de harcèlement moral, qui garde la tête haute malgré les humiliations qu'elle subie quotidiennement au travail. Sa mise au placard est extrêmement bien racontée : la violence des mots et des silences, l'épuisement moral, les manipulations etc...

Le livre est court, il se lit assez vite. Comme toujours avec Delphine de Vigan, on frappe en plein dans le mille. Elle ne laisse pas de place aux circonvolutions inutiles. C'est violent, mais ça ne fait de bruit. A lire si vous cherchez une histoire intense, à déconseiller si vous cherchez une lecture de vacances !

Ma note : 3,75/5

Publié dans Littérature

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article