La brodeuse de Winchester de Tracy Chevalier

Publié le par mademoisellechristelle

Ce que dit la quatrième de couv’ : 1932. Violet Speedwell est l'une de ces millions de femmes anglaises restées célibataires depuis que la Première Guerre mondiale a décimé toute une génération de fiancés potentiels. Méprisées dans les journaux, tolérées par les familles malgré une condescendance exaspérée, elles vivent à une époque où les attentes de la société quant à l'avenir des femmes sont des plus rigides. Des attentes que Violet est sur le point de faire voler en éclats. En quittant Southampton et sa mère acariâtre pour s'installer à Winchester, où elle continue de travailler comme dactylo pour une compagnie d'assurances, elle espérait trouver de nouveaux amis, une nouvelle vie. En s'arrêtant dans la cathédrale un jour qu'elle est partie acheter un ruban de machine à écrire, elle découvre un cercle de brodeuses occupées à confectionner des coussins et agenouilloirs. Violet, qui n'était pas particulièrement douée pour la couture, y trouvera l'amitié, le soutien et la créativité capables de rivaliser avec le dédain et les préjugés. En toile de fond, la montée du fascisme sur le continent : Hitler arrive au pouvoir en Allemagne... Dans ce monde encore hostile aux femmes, Violet n'a d'autre choix que de s'affirmer. Son histoire s'inspire de celle de Louisa Pesel, la fondatrice du cercle des Brodeuses de la cathédrale de Winchester.

« Chut ! »
Violet Speedwell plissa le front. On n’avait pas à lui faire chut ; elle n’avait rien dit.

Ce que j’en pense : Coup de coeur

1932. Violet Speedwell a 38 ans et toujours célibataire. Elle est l'une de ces millions de femmes anglaises restées célibataires depuis que la Première Guerre mondiale a décimé toute une génération de fiancés potentiels. En quittant Southampton et sa mère acariâtre pour s'installer à Winchester, où elle continue de travailler comme dactylo pour une compagnie d'assurances, elle espérait trouver de nouveaux amis, une nouvelle vie. C'est parmi le cercle des brodeuses de la cathédrale qu'elle arrivera à tisser de nouveaux liens. Elle y trouvera l'amitié, le soutien et la créativité capables de rivaliser avec le dédain et les préjugés.

"Jane Austen était morte à l'âge de quarante et un ans sans mari ni enfants, seulement une sœur dévouée. Violet n'avait même pas cela, et elle n'avait certes pas plusieurs romans à son actif. Il ne lui restait que trois ans pour rattraper Miss Austen en termes de créativité."

J'ai adoré ce roman qui parle d'un sujet assez inédit à savoir le célibat des jeunes femmes après la première guerre mondiale et le regard de la Société sur ces femmes ; regard que l'on peut d'ailleurs complètement transposer à aujourd'hui ! Violet est un personnage très touchant auquel je me suis beaucoup identifiée.

Le roman aborde un autre sujet inédit à savoir l'homosexualité féminine et les préjugés qui en découlent, mais je n'en dirais pas plus pour ne pas divulgâcher 😉

Et que dire du talent d'écriture de Tracy Chevalier ! L'histoire est fluide, elle se lit facilement, il n'y pas beaucoup d'actions certes, mais Tracy Chevalier a le don de rendre l'ordinaire extraordinaire.

Je suis sous le charme ! A lire absolument !

Ma note : 4/5

Publié dans Littérature

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article