Mon année de repos et de détente d'Otessa Moshfegh

Publié le par mademoisellechristelle

Ce que dit la quatrième de couv' « J’avais commencé à hiberner tant bien que mal à la mi-juin de l’an 2000. J’avais vingt-six ans... J’ai pris des cachets à haute dose et je dormais jour et nuit, avec des pauses de deux à trois heures. Je trouvais ça bien. Je faisais enfin quelque chose qui comptait vraiment. Le sommeil me semblait productif. Quelque chose était en train de se mettre en place. En mon for intérieur, je savais – c’était peut-être la seule chose que mon for intérieur ait sue à l’époque – qu’une fois que j’aurais assez dormi, j’irais bien. Je serais renouvelée, ressuscitée... Ma vie passée ne serait qu’un rêve, et je pourrais sans regret repartir de zéro, renforcée par la béatitude et la sérénité que j’aurais accumulées pendant mon année de repos et de détente»

Jeune, belle, riche, fraîchement diplômée de l’université de Columbia, l’héroïne du nouveau roman d’Ottessa Moshfegh décide de tout plaquer pour entamer une longue hibernation en s’assommant de somnifères. Tandis que l’on passe de l’hilarité au rire jaune en découvrant les tribulations de cette Oblomov de la génération Y qui somnole d’un bout à l’autre du récit, la romancière s’attaque aux travers de son temps avec une lucidité implacable, et à sa manière, méchamment drôle."Le meilleur roman existentialiste qui n'ait pas été écrit par un auteur français."Kirkus Review

Ce que j'en pense : As-tu déjà pensé à démissionner de ta vie ?

Dans ce roman, la narratrice, en proie à une dépression sévère, est constamment en état de fatigue. Elle décide donc de ne plus rien faire de ses journées et de passer son temps à dormir. Elle appellera cela son "année de repos et de détente". Pour ce faire, elle va se trouver une psy un peu barrée qui va lui prescrire tout un tas de somnifères et de tranquillisants.
 
Pendant cette phase de repos, la narratrice va faire une introspection à l'intérieur d'elle même et analyser son passé, sa situation actuelle, son entourage et la société dans laquelle elle vit. Nous sommes à New-York dans les années 2000. La narratrice est âgée de 26 ans, elle est très jolie, très riche et diplômée d'une grande université américaine. Le regard qu'elle porte sur le monde extérieur est très cynique mais en même temps très juste.
 
Ce livre fut une découverte intéressante, mais ce ne fut pas un coup de cœur. Le rythme est très lent, au même rythme que la narratrice. Il ne se passe pas grand chose, mais le point de vue critique de la narratrice est intéressant.
 
Ma note : 2/5

Publié dans Littérature

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article