America[s] de Ludovic Manchette et Christian Niemiec

Publié le par mademoisellechristelle

Ce que dit la quatrième de couv'Philadelphie, juillet 1973. Voilà un an qu’Amy est sans nouvelles de sa grande sœur partie tenter sa chance au Manoir Playboy, à Los Angeles. Inquiète, la jeune adolescente décide de la rejoindre. Pour cela, il lui faudra traverser les États-Unis. Seule.

Dans une Amérique de la contre-culture secouée par le scandale du Watergate et traumatisée par la guerre du Vietnam, elle croisera la route d’individus singuliers : vétéran, couple en cavale, hippies de la dernière heure, un Bruce Springsteen encore débutant, mais aussi une certaine Lorraine, autrefois serveuse à Birmingham, en Alabama…

Dimanche 22 juillet 1973

J'avais une meilleure amie, avant.
Sandy.
Je l'adorais. Tout le monde l'adorait, mais c'était moi sa meilleure amie. Et un jour, il y a deux mois et demi, elle est partie. A quatorze ans, sans prévenir. On s'amusait dans la rue, on rigolait, et une voiture est venue la faucher sur le trottoir.

Ce que j'en pense : Va là où tu es aimée...

Philadelphie dans les années 70. Amy est une jeune fille de 13, 14 ou 16 ans (selon les circonstances ;)) qui vit chez ses parents. Sa sœur Bonnie est partie de la maison il y a un an pour tenter sa chance au manoir Playboy à Los Angeles sans donner de nouvelles. Inquiète, Amy décide de traverser le pays seule et d'aller la retrouver. Elle voyagera d'abord en bus puis en stop. Durant son voyage, elle fera de plus ou moins bonnes rencontres mais toutes les personnes rencontrées auront quelque chose à lui apporter.
 
J'ai vraiment adoré cette lecture que j'ai dévoré en 3 jours ! J'avais l'impression d'être assise dans la voiture à côté d'Amy , de voir les paysages défiler et de l'écouter me raconter son histoire... et quelle histoire ! 
 
On est clairement dans un voyage initiatique. On sent la petite Amy se transformer au fur et à mesure du roman et gagner en maturité grâce à ses différentes rencontres : un certain Bruce Springsteen qui débute dans la chanson, Theodore Robert Bundy, un couple de fugitifs, des playmate etc... Il y a beaucoup de références à la culture américaine des années 1970 et vous aurez même de quoi enrichir vos playlist ;) Seul bémol : j'ai trouvé que les rencontres d'Amy tombaient parfois un peu trop "à pic" et que se montraient extraordinairement bienveillants avec elle, mais je me dis que l'époque et l'âge d'Amy ont du conduire les auteurs à faire ce choix.
 
Ma note : 4/5

Publié dans Littérature

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article