Filles du vent de Mathilde Faure

Publié le par mademoisellechristelle

Ce que dit la quatrième de couv' : L'escale. Ce joli pavillon blanc de banlieue parisienne abrite huit adolescentes, leur passé et leurs souffrances, des jeunes filles "placés" en foyer. Il y a Assa, la bonne élève, sérieuse, qui se réfugie dans la littérature pour ne rien laisser paraitre de ses blessures ; Céline, la fugueuse récidiviste attirée par les beaux parleurs et l'argent prétendument facile ; Lina, qui se cache dans ses joggings et joue à la dure. Elles ne s'aiment pas particulièrement, s'évitent même.

Mais à l'automne 2019, quand la vague #noustoutes déferle sur la France, c'est ensemble qu'elles s'embarquant pour une fugue itinérante. Armées de feuilles et de marqueurs, elles collent leurs revendications et slogans sur les murs des grandes villes, les beaux immeubles et les gros ensembles, avec pour but de faire entendre la voix des jeunes filles placées et de leur donner enfin une place.

Avec humour et finesse, Mathilde Faure nous dépeint les réalités d'une jeunesse trop souvent invisible et nous entraîne dans une folle fugue où nos héroïnes se découvrent elles-mêmes et comprennent la puissance de la sororité.

Lina - Novembre 2019

Je déteste les vendredis soir au foyer. C'est toujours la même rengaine : l'une de nous choisit un film et on s'embrouille sur les pizzas à commander. Le ton monte, les insultes fusent puis, comme par magie, la pression redescend. Faut admettre que les éducateurs ont le don de faire diversion lorsqu'ils sentent le climat se crisper. Mais parfois, rien n'y fait et la tempête de violence se déchaîne.

Ce que j'en pense : "Mineure placée, jamais à sa place"

Lina, Céline et Assa sont trois jeunes filles mineures de l'ASE (Aide Sociale à l'Enfance) qui vivent dans un foyer à Argenteuil. Lina, c'est celle qui joue les dures en surface avec ses jogging et son ton agressif. Céline est en manque d'amour et croit pouvoir le trouver auprès d'hommes qui lui font de belles promesses et pour qui l'argent est facile. Assa, quant à elle, est la bonne élève qui se réfugie dans la littérature. 
Alors qu’à l’automne 2019, la vague #noustoutes déferle sur la France, chacune y trouve un écho à sa propre histoire. Elles se lanceront toutes les trois dans une fugue itinérante. Elles traverseront la France armées de feuilles et de marqueurs, elles colleront leurs revendications et leurs slogans sur les murs des grandes villes, les beaux immeubles et les gros ensembles, avec pour but de faire entendre la vois des jeunes filles placées et de leur donner enfin une place.
 
Ce roman est une vraie pépite ! Une littérature féministe comme je les aime ! Mathilde Faure a d'ailleurs reçu le prix de l'héroïne engagée. Et c'est bien d'engagement dont il s'agit. C'est une histoire très forte avec un message engagé, que l'on se prend comme un uppercut en pleine face ! C'est un combat porté des milliers de femmes, souvent invisibles, qui en ont assez de courber l'échine et qui choisissent de relever la tête et de porter leur message au monde avec fierté.
 
Mathilde Faure nous offre un récit complètement en phase avec son époque, empreint de sororité et de tendresse. Vous ne pourrez que vous attacher à ces trois personnages au caractère bien trempé ! Toutes trois n'ont pas été épargnées par l'existence ; toutes trois vont se servir de leurs blessures pour en faire une force et mieux se soutenir.
 
Ce livre est à mettre entre les mains de toutes les adolescentes. Et croyez-moi, si l'éducation nationale pouvait intégrer ce genre de littérature dans les programmes scolaires, on aurait beaucoup plus de jeunes qui aimeraient la lecture aujourd'hui !
 
Ma note : 4/5

Publié dans Littérature

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article