Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

litterature

Le manifeste des 343 (Histoire d'un combat) d'Adeline Laffitte, Hélène Strag et Hervé Duphot

Publié le par mademoisellechristelle

Ce que dit la quatrième de couv' : Fin 1970, Nicole, jeune documentaliste au Nouvel Observateur s’indigne du sort des femmes obligées d’avorter clandestinement. Elle décide de mettre en place une action d’envergure avec le Mouvement de Libération des Femmes et de monter un « scoop » destiné à changer la société et les mentalités…
Ce sera le Manifeste des 343, rédigé par Simone de Beauvoir, signé par 343 Françaises connues ou inconnues et publié par le Nouvel Observateur le 5 avril 1971, alors que l’avortement était illégal en France. Cette audace a marqué l’histoire du féminisme français et ouvert la voie à la loi Veil dépénalisant l’avortement, adoptée en 1975.

Ce que j'en penseLittérature féministe 

Dans la France des années 1970, l'avortement était illégal et passible de sanctions pénales. Pourtant, les femmes continuaient tout de même à avorter clandestinement et dans des conditions d'hygiène parfois douteuses. Plusieurs de ces femmes trouvaient la mort ou devenaient stériles suites à ces interventions. Pour dénoncer ces pratiques, le MLF (Mouvement de Libération de la Femme), a voulu marquer les esprits avec une action d'ampleur nationale.
 
Elles décidèrent de publier dans le Nouvel Obs un manifeste rédigé par Simone de Beauvoir dans lesquels des françaises connues et inconnues avoueraient publiquement avoir eu recours à l'avortement. Il s'agit du manifeste des 343 (s...) qui a ouvert une brèche pour l'adoption de la loi Veil dépénalisant l'avortement en 1975.
 
Ce roman graphique, inspiré des faits réels, raconte cette histoire...
 
Cette lecture relatant pourtant de faits passés (voire même du siècle dernier) est complètement d'actualité ! Avec ce qui s'est passé avec Etats-Unis, on a l'impression d'avoir fait un bond en arrière ! Ce témoignage passé nous démontre que le combat pour le droit des femmes à disposer de leur corps est (malheureusement) loin d'être fini et qu'il reste encore du chemin à faire...
 
"Le manifeste des 343" est un livre comme je les aime : féministe et engagée ! Je vous le recommande x1000 !
 
Ma note : 4/5
 

Publié dans Littérature

Partager cet article
Repost0

La collection disparue de Pauline Baer de Perignon

Publié le par mademoisellechristelle

« Tout a commencé avec une liste de tableaux griffonnée par un cousin que je connaissais à peine. Sur ce bout de papier, des chefs-d’œuvre impressionnistes, Renoir, Monet, Degas, exposés aujourd’hui dans les plus grands musées du monde, qui ont tous appartenu un jour à mon arrière-grand-père, Jules Strauss.
Je ne connaissais rien de sa histoire, ni de sa collection disparue. Ces quelques mots notés à la hâte allaient changer ma vie, me conduire du Louvre au musée de Dresde, des archives de la Gestapo au Ministère de la Culture.
Pendant trois ans, avec pour tout bagage ma curiosité et un goût prononcé pour les énigmes, je me suis lancée sur la trace de mes ancêtres, à la recherche de Jules Strauss, et d’une histoire qui ne m’a pas été transmise. Que s’est-il passé en 1942 ? Que restait-il de sa collection lorsque l’appartement familial fut perquisitionné par les nazis ?
Je ne suis pas historienne de l’art, j’ai simplement voulu mener une enquête, policière et sentimentale, sur les traces de ma famille, juive, spoliée. »

Un témoignage personnel où l’émotion grandit page après page : le lecteur accompagne Pauline Baer de Perignon dans ses découvertes, ses batailles, ses déceptions, et une forme de réconciliation. La démarche qui fonde ce récit, de l’Occupation à aujourd’hui, soulève des questions nombreuses et complexes : que faire des œuvres qui ont traversé le chaos de l’Histoire ? Comment agir, lorsqu’on est simple citoyen, face à des législations sourdes ? Que comprendre du silence des générations qui nous ont précédé ?
Enfin, et surtout, que nous transmet une œuvre d’art à travers le temps, par sa grâce et sa fragilité ?

Publié dans Littérature

Partager cet article
Repost0

Presque le silence de Julie Estève

Publié le par mademoisellechristelle

Ce que dit la quatrième de couv' Cassandre est rousse, frisée et haïe des autres enfants. On l’appelle le Caniche. Elle aime Camille, un garçon très beau et fou de chevaux. Un jour, elle se rend chez un voyant pour connaître son avenir. Mais la séance tourne mal. Le cartomancien lui révèle cinq prophéties terrifiantes qui ne cesseront, au cours de sa vie, de la hanter.
 
Presque le silence  raconte la vie d’une femme en dix chapitres, de son enfance à sa mort. Une vie qui traverse dix grandes pertes, l’amour fou et les deuils. Une vie mêlée au sort des hommes, des animaux et des arbres où les tourments de l’âme sont les miroirs de l’effondrement du monde.

Ca a commencé dans les forêts tropicales et les mangroves en Guyane. Des oeufs. Des tas d'oeufs. Ils était des millions, des montagnes. Les oeufs sont devenus des chenilles moches qui ont mangé les feuilles des arbres dont les palétuviers des marais. Leur abdomen était gonflé, leur poil épais, elles avaient trois paires de pattes.

Ce que j'en pense : Magistral !

Cassandre est rousse et ses cheveux sont frisés. A l'école, on la harcèle, on la surnomme le "caniche". En secret, Cassandre est amoureuse de Camille, le garçon le plus beau et le plus cool de l'école. Elle ne rêve que d'une chose : lui rouler un patin. Mais comment faire quand on est détesté par tous ? Pour se donner espoir et courage, Cassandre se rend chez un voyant. pour connaître son avenir. Mais la séance tourne mal. Le cartomancien lui révèle cinq prophéties terrifiantes qui ne cesseront, au cours de sa vie, de la hanter. 
Nous suivrons l'histoire de Cassandre de son enfance jusqu'à sa mort. Son histoire mêle amour, tragédie, abandon, espoir, deuil, folie, écologie, une fable où l’intime déchire l’universel.
 
Comme tous les romans qui m'ont émus, j'ai beaucoup de mal à trouver les mots. Alors, je vais laisser parler mon cœur.
 
Mon cœur a fait des bonds avec cette lecture ! J'en ai eu presque la respiration coupée...  L'ambiance est tantôt suffocante, tantôt haletante quand on assiste impuissants aux drames qui rythment la vie de Cassandre, puis vient la folie où tout fait sens, on s'oxygène à nouveau, pour arriver finalement à bout de souffle comme après une course effrénée..
L'écriture est magistrale, très poétique. les mots sont à la fois très doux et très durs, parfois il vous frappent même comme des coups de poing. 
 
"Presque le silence" est un récit incroyable : ne passez surtout pas à côté !
 
Ma note : 4,5/5
 
 

Publié dans Littérature

Partager cet article
Repost0

Kilomètre zéro de Maud Ankaoua

Publié le par mademoisellechristelle

Ce que dit la quatrième de couv' : Et vous, jusqu'où irez-vous pour sauver une amie ? Maëlle, 35 ans, est directrice financière d'une start-up en pleine expansion. Ses passions: le travail, le luxe, et sa salle de sport. Une vie bien rodée jusqu'à ce que sa meilleure amie, atteinte d'un cancer, lui demande de récupérer une méthode ancestrale capable de la guérir. Commence alors un voyage inattendu au coeur des Annapurnas, guidé par un sage à la philosophie bouleversante. Un savant mélange de quintessence et de sagesse orientales appliqué au monde occidental. Pas après pas, l'auteure nous montre le chemin du courage, de l'équilibre et du bonheur profond. Diplômée de Sciences Po (IEP Paris) et d'un Master en finance internationale (Nottingham Polytechnic), Maud ANKAOUA est passionnée par les relations humaines. Elle participe dans le secteur des nouvelles technologies à la réussite d'un des plus grands succès européens de cette décennie. Elle signe un premier roman riche d'enseignements et rempli d'espoir. Il changera pour toujours notre compréhension des autres et nous rappelle l'essentiel de la vie.

Je hélai un taxi et traversai Paris jusqu'au Panthéon. Je n'étais pas venue dans ce quartier depuis cinq ans, lors de ma dernière prestation à l'Ecole Normale Supérieure (ENS). Par manque de moyens, nous avions choisi de faire du lobbying direct dans les meilleurs établissements d'ingénieurs souhaitant attirer une masse de surdoués dans l'usine que nous avions créée : une start up de génies où je passais chaque heure éveillée depuis huit ans, espérant le miracle. Mes fonctions de directrice financière s'étaient rapidement élargies : directrice juridique, directrice des ressources humaines, directrice de filiale, j'apprenais tout ce que je pouvais, à en étouffer.

Ce que j'en pense : Il y a un moment pour chaque rencontre... et j'ai clairement rencontré ce livre au bon moment ! 

Maud Ankaoua est une coach/conférencière dont j'aime beaucoup écouter les podcasts axés sur le développement personnel. "Kilomètre zéro" est son premier roman.
 
Maëlle, directrice financière d'une start-up en pleine expansion, n'a tout simplement pas le temps pour les rêves. Quand sa meilleure amie, Romane, lui demande un immense service - question de vie ou de mort -, elle accepte malgré tout de se rendre au Népal. Elle ignore que son ascension des Annapurnas sera aussi le début d'un véritable parcours initiatique.
 
A travers le voyage de Maëlle, l'auteure nous offre des clés pour améliorer notre mode de vie et appréhender le bonheur d'une manière différente. Si ces conseils peuvent paraitre évidents de prime abord, ils sont néanmoins essentiels. En gros, elle nous explique que nous avons le choix dans nos vies entre deux chemins : celui de la peur et celui de l'amour. Elle nous apprend également à contrôler notre ego et à voir la vie sous un autre prisme que celui de notre ego. J'ai vraiment trouvé certaines idées très intéressantes et je vais essayer de les appliquer à mon quotidien. 
 
Je vous recommande donc cette lecture qui ne pourra que vous faire du bien ! 
 
Ma note : 4,5/5
 
 

Publié dans Littérature

Partager cet article
Repost0

Black girl de Zakiya Dalila Harris

Publié le par mademoisellechristelle

Ce que dit la quatrième de couv'La jeune Nella Rogers travaille à New York dans une prestigieuse maison d’édition et semble destinée à une carrière prometteuse. Cependant, elle souffre du manque de diversité au travail ainsi que des micro-agressions qu’elle subit au quotidien. Elle se retrouve constamment tiraillée entre le désir d’exprimer ses véritables opinions et la nécessité de préserver son poste.
Son monde bascule le jour où Hazel est recrutée : elle a de longues dreadlocks sublimes, et revendique haut et fort sa culture afro-américaine. Elle incarne exactement le type de femme que Nella aimerait être. Ensemble, elles pourraient révolutionner le monde de la culture pour les générations à venir. Mais peu de temps l’arrivée de cette nouvelle collègue, Nella se sent observée et commence à recevoir des lettres de menaces…
Et si la venue d’une autre fille noire était finalement le début de son calvaire ?

Ce que j'en pense : Lecture en demi teinte

"Black girl" fait partie des livres que j'aurais adoré adorer... mais malheureusement, ça ne l'a pas fait. Pourtant, tout commençait si bien avec un résumé qui me faisait énormément envie...
 
Ce livre raconte l'histoire de Nella, une jeune fille noire qui travaille dans une prestigieuse maison d'édition à New-York et qui semble promise à une carrière prometteuse. Cependant, elle souffre du manque de diversité au travail ainsi que des micro-agressions qu’elle subit au quotidien. Sa vie professionnelle va prendre un nouveau tournant le jour où Hazel, une autre jeune femme noire, est également embauchée : elle a de longues dreadlocks sublimes, et revendique haut et fort sa culture afro-américaine. Elle incarne exactement le type de femme que Nella aimerait être. Ensemble, elles pourraient révolutionner le monde de la culture pour les générations à venir. Mais peu de temps après l’arrivée de cette nouvelle collègue, Nella se sent observée et commence à recevoir des lettres de menaces…
 
Je m'attendais donc à lire un thriller haletant avec pour toile de fond la diversité dans le monde de l'entreprise. Mais quelque chose m'a empêché d'apprécier pleinement ma lecture : il y avait trop de longueurs. Trop de détails, trop de descriptions, trop de personnages... mon esprit était éparpillé et j'avais du mal à suivre le fil de l'histoire. On sent que l'auteure adore écrire, mais j'aurais préféré qu'elle soit plus synthétique (peut-être 100 pages en moins ?).
 
Le thème de la diversité dans le monde du travail reste néanmoins un thème essentiel, que peu de romans abordent. L'atmosphère des bureaux et du monde du travail est bien retranscrite dans le roman, et me rappelle un peu l'atmosphère du "Diable s'habille en Prada". 
 
C'est un rendez-vous manqué ! Dommage !
 
Ma note :2,5/5

Publié dans Littérature

Partager cet article
Repost0

Odette et le taxi jaune d'Isabelle Artus

Publié le par mademoisellechristelle

Ce que dit la quatrième de couv'À quatre-vingt ans bien sonnés, Odette a un rituel immuable : le vendredi elle passe la journée au terminal 2 de Roissy et s’imagine les destinations exotiques vers lesquelles elle pourrait s’envoler… avant de rentrer bien sagement dans son appartement du 19e arrondissement. Mais un soir, Odette ne rentre pas. Marie-Soleil sa petite fille et Maurice, son meilleur ami et chauffeur de taxi attitré, se lancent dans une quête pour la retrouver, accompagnés par Ludovic, un flic mis au placard par sa hiérarchie. Bientôt se dessine sous les yeux ébahis de Marie-Soleil une histoire familiale dont elle ignorait tout, sur fond d’occupation française et de génocide arménien.

Chaque semaine à 7h45 précises, l'énorme Checker Marathon jaune empruntant la rue Georges Lardennois, à l'angle de l'avenue Mathurin Moreau, et entamait sa lente ascension vers le stade. Avec ses deux mètres de large et ses cinq mètres de long, l'imposante américaine était difficile à manœuvrer dans cette rue étroite aux pavés disjoints qui n'en finissait pas de tournicoter. Mais la direction était assistée, et Maurice un as du volant.

Ce que j'en pense : Mon cœur bat pour Odette 

A 80 ans, Odette est une grand-mère un peu fantasque. Cette ancienne habilleuse se plait à s'inventer des vies et des histoires en se rendant tous les vendredi au terminal 2 de Roissy où elle s'imagine revenir de destinations exotiques. Elle entraine avec elle son ami Maurice, chauffeur d'un taxi jaune américain, et sa petite-fille Marie-Soleil. Mais un jour, Odette disparait sans laisser de traces. Marie-Soleil et Maurice vont alors partir à sa recherche, avec Ludovic, un policier qui va les aider dans leur enquête. Bientôt se dessine sous les yeux ébahis de Marie-Soleil, une histoire familiale dont elle ignorait tout, sur fond d’occupation française et de génocide arménien. 
 
Cette histoire, c'est du bonheur à l'état pur ! C'est terriblement bien écrit, c'est fluide, ce livre se lit d'une traite sans problèmes !
 
Je vous invite à embarquer à bord d'un taxi jaune et à vous laisser porter par cette belle histoire et par les personnages si attachants qui la composent. Accrochez-vous tout de même, car il y a de nombreux rebondissements et le voyage risque de secouer un peu ! J'ai adoré cette intrigue familiale colorée, pétillante et drôle. Mais attention, ne vous fiez pas à son apparente légèreté : le livre aborde également des sujets historiques graves et importants. 
 
Par les temps qui courent et vu les périodes moroses que l'on traverse, je trouve qu'on aurait tous besoin d'une Odette dans sa vie ! L'essayer c'est l'adopter !
 
Ma note : 4/5

Publié dans Littérature

Partager cet article
Repost0

Comme une éclipse de Sophie Rouvier

Publié le par mademoisellechristelle

Ce que j'en pense : De la pénombre jaillit la vérité

Brune, Clément, Dimitri, Pio et Fred se connaissent depuis l’enfance. Ils ont scellé leur amitié dans l’achat d’une maison commune où ils se retrouvent pour les vacances. Le temps a passé bien vite depuis : chacun a vécu des joies, des peines, des désillusions, des mensonges etc... Vingt ans plus tard, Dimitri souhaite réunir la bande à l'occasion de ses 45 ans. La date des retrouvailles n’est pas choisie au hasard, une éclipse totale est prévue le même week-end. Quoi de mieux que le soleil et la lune pour honorer son anniversaire ?
 
J'ai passé un agréable moment avec cette lecture dont l'ambiance me rappelle un peu le film "les petits mouchoirs" à savoir une bande d'amis qui ont évolué chacun de leur côté au fur et à mesure des années. Lors des retrouvailles, les personnalités, les vérités, les failles vont se révéler au grand jour. Et nous ne sommes pas à l'abri de quelques surprises !
 
Je remercie Netgalley  et les éditions Fayard pour cette belle découverte

Ma note : 3/5

Publié dans Littérature

Partager cet article
Repost0

Né sous une bonne étoile d'Aurélie Valognes

Publié le par mademoisellechristelle

Ce que dit la quatrième de couv'A l'école, il y a les bons élèves modèles... et il y a Gustave.
Depuis son radiateur au fond de la salle, cet éternel rêveur scrute avec curiosité les oiseaux dans la cour ou les aiguilles de la pendule qui prennent un malin plaisir à ralentir chaque jour. Il aimerait rapporter des notes presque parfaites à sa mère, mais ce sont surtout les convocations du directeur qu'il collectionne pendant les cours. Pourtant, Gustave travaille avec acharnement durant tous les soirs. II passe plus de temps sur ses devoirs que la plupart de ses camarades, mais contrairement à Joséphine, sa grande sœur pimbêche et première de classe, cela ne rentre pas dans l'ordre. Pire, certains professeurs commencent à le prendre en grippe et à le croire fainéant.
Parfois, il suffit d'un rien pour qu'une vie bascule du bon côté... Un roman universel, vibrant d'humour croustillant et d'émotion constante.

Ce que j'en pense : Méga coup de cœur intergalactique <3 

Gustave (surnommé Gus-Gus) est un petit garçon doux et rêveur. Lorsqu'il fait sa rentrée scolaire pour la première fois à l'école primaire, il se retrouve en difficulté : si Gustave est doté d'une belle intelligence émotionnelle, il n'a pas l'intelligence dite "scolaire" que l'on attend de lui. Difficile de rivaliser avec sa grande sœur Joséphine, toujours première de sa classe avec son caractère de pimbêche. Gustave, lui, ne souhaite qu'une chose : pouvoir rapporter des bonnes notes pour rendre fière sa maman qui l'aide beaucoup à faire ses devoirs après son travail. Malgré tout le temps passé et l'acharnement de Gustave, les résultats ne sont pas là et les notes de Gustave ne décollent pas. Pire, certains professeurs commencent à le prendre en grippe et à le croire fainéant. Une jolie rencontre, comme un coup de pouce du destin, pourrait bien changer la vie de Gustave.
 
J'ai été extrêmement touchée par la sensibilité du petit Gustave. Comment rester indifférente face à ses souffrances de petit garçon dans un monde d'adultes étriqués dans leur rigidité et incapables de faire face à la différence ? 
 
Car oui, Gustave est différent. Il fait partie de cette minorité qu'on ne comprend pas, qu'on rejette et qu'on laisse au bord de la route parce qu'il ne rentre pas dans les cases. Et c'est là le sujet de ce roman. Comment faire quand on ne rentre pas dans les cases ? L'école peut être une source de souffrance pour de nombreux enfants qui se sentent différents : nombreux sont ceux qui vont grandir avec une mauvaise image d'eux à cause de cela.
Heureusement, Gustave aura la chance de croiser sur sa route une enseignante "pas comme les autres" dont les méthodes "ne rentrent pas dans les cases". C'est un bel hommage que rend Aurélie Valognes à ces enseignants qui mettent leur cœur et leur énergie à sauver ces enfants laissés sur le bord de la route. Cette histoire nous renvoie aussi à notre propre scolarité et à celles de ses enfants, lorsqu'ils sont confrontés aux jugements des maitres et des maitresses. C'est merveilleusement bien écrit et ça vous secoue pas mal !
 
Je souhaite à tous les enfants du monde de croiser la route d'une Mademoiselle Bergamote un jour !
 
Ma note : 4,5/5
 
 

Publié dans Littérature

Partager cet article
Repost0

Les strates de Pénélope Bagieu

Publié le par mademoisellechristelle

Ce que dit la quatrième de couv' L'autrice de Culottées, Eisner Award 2019, livre ici son premier récit autobiographique, où histoires d'enfance et d'adolescence composent le portrait de l'adulte qu'elle est devenue.

Ce que j'en pense : Strate (n.f.) : Chacun des niveaux, des plans imaginaires qui, accumulés, superposés, sont constitutifs de quelque chose

Dans ce roman graphique, Pénélope Bagieu reprend plusieurs épisodes de son enfance et de son adolescence : son premier chat, sa première fois avec une gynéco, ses premiers chagrins d'amour etc.. Il s'agit de tous les évènements qui, superposés les uns aux autres, constituent la femme qu'elle est aujourd'hui, les strates de sa personnalité.
 
C'est frais, c'est drôle, touchant, parfois poétique. Pénélope Bagieu revient à l'intime et à elle-même. Vous passerez un très bon moment avec cette lecture.
 
Ma note : 3/5

Publié dans Littérature

Partager cet article
Repost0

Je cherche encore ton nom de Patricia Loison

Publié le par mademoisellechristelle

Ce que dit la quatrième de couv' À la question « Où êtes-vous née ? », Patricia Loison répondait toujours : « Je suis arrivée à l’aéroport d’Orly, en 1971. » Comme si tout ce qui précédait son adoption n’avait jamais existé. Il a fallu qu’un événement violent, intime, vienne ébranler sa vie pour réaliser que tout cela n’était que légende. Avant d’arriver, Patricia Loison était née de mère inconnue, à New Delhi. Et de cette première séparation, dormait la douleur trop longtemps niée d’avoir été abandonnée. Plus de quarante ans après les faits, Patricia Loison part donc, en fille autant qu’en journaliste, à la recherche de cette mère biologique, grande absente du récit familial. Où est-elle ? Pourquoi les Missionnaires de la Charité n’ont-elles pas gardé sa trace ? Comment retrouver ces femmes oubliées dont on accueillait les nouveau-nés sans poser suffisamment de questions ? Et surtout, quel est son nom ?
Un premier livre émouvant, autant récit des origines qu’enquête sur le double visage de l’adoption. Patricia Loison est journaliste. Elle vit au Japon, avec son mari et leurs deux filles.

 

J'aurais pu grandir sur les trottoirs de Delhi, comme ces fillettes aux mains tendues

Ce que j'en pense Patricia Loison est journaliste et animatrice sur France TV. Elle a été adoptée par une famille française peu après sa naissance. Elle a ensuite grandi en France et se considère comme normande sans jamais prendre conscience de ses origines indiennes. Si pendant plus de quarante ans, elle a préféré occulter ce qui s'est passé avant son arrivée en France, des évènements personnels vont l'amener brutalement à s'interroger sur ses origines. Patricia Loison est née de mère inconnue à New Delhi. Et de cette première séparation, dormait la douleur trop longtemps niée d'avoir été abandonnée.
Alors, lorsqu'elle a dû se rendre en Inde pour des raisons professionnelles, Patricia Loison ira à la rencontre des sœurs qui l'ont recueillie à sa naissance, à la recherche de sa mère biologique, et espèrera obtenir des réponses à des questions trop longtemps enfouies.

C'est avec beaucoup d'émotions que j'ai découvert le récit de vie de Patricia Loison. J'ai toujours trouvé qu'il fallait beaucoup de courage pour raconter son histoire personnelle dans un livre et se mettre à nu devant ses lecteurs. Et face à cela, je ne peux qu'être admirative.

Patricia Loison nous livre son histoire en toute simplicité et en toute humilité. Et aussi en toute sincérité : alors qu'elle s'attendait à vivre une expérience incroyable avec musique déchirante en toile de fond lorsqu'elle a revu la sœur qui l'a recueillie, c'est un peu le flop ! Il n'y a pas la grande connexion comme dans les films qu'elle espérait tant. Mais c'est ok. C'est son histoire, son vécu et cela n'appartient qu'à elle.

Je vous recommande vivement cette très belle lecture qui nous offre un point de vue très intéressant sur l'adoption.

Publié dans Littérature

Partager cet article
Repost0

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 > >>

Archives