Ulysse from Bagdad d'Eric Emmanuel Schmitt

Publié le par mademoisellechristelle

Ulysse from Bagdad d'Eric Emmanuel Schmitt

L’histoire : Saad Saad est né et a grandi à Bagdad, en pleine période de guerre avec les Etats-Unis et sous le régime militaire de Saddam Hussein. Convaincu par sa famille, il entreprend de quitter sa ville natale pour gagner l’Europe, la liberté, la chance d’avoir un avenir.

Son problème ? Comment entreprendre un tel voyage alors qu’il n’a pas un sou en poche ?

Tel un Ulysse des temps modernes, Saad va alors se lancer dans une folle aventure où il négociera avec des trafiquants, échappera aux naufrages, se liera d’amitié avec des personnes qui vont bouleverser sa vie et devra s’arracher aux enchantements amoureux..

 

Ce que j’en pense : Je vous le dit d’entrée de jeu, ce livre est loin d’être mon EES préféré ! Mais il reste un EES quand même.

Comme toujours, EES essaie de nous faire réfléchir une question philosophique ou un problème sociologique, qu’il illustre à travers une histoire. La question à laquelle il nous renvoie ici porte les conditions de notre naissance.

Comme le disait la chanson, « on ne choisit pas ses parents, on ne choisit pas sa famille ».. on ne choisit pas non plus le lieu ou la période à laquelle on va naitre. Pour ma part, j’ai toujours rêvé de vivre dans les années 1970 et d’user mes plateforme shoes à force de danser le disco.. Mais bon, passons..

« Né quelque part où il ne fallait pas, j'ai voulu en partir ; réclamant le statut de réfugié, j'ai dégringolé d'identité en identité, migrant, mendiant, illégal, sans-papiers, sans-droits, sans-travail ; le seul vocable qui me définit désormais est clandestin. […] Bienvenu nul part, étranger partout. »

C’est donc sur le thème des conditions de vie des réfugiés et des populations migrantes que nous amène EES. Alors que nous sommes tous préoccupés par notre confort personnel, il est parfois difficile de s’interroger sur le sort des populations qui sont nées au mauvais endroit, au mauvais moment..

Ces réfugiés sont parfois traités « comme des chiens », considérés comme des sous-hommes et exploités par des « marchands de rêves » alors qu’ils font ce que la plupart d’entre nous feraient : fuir la misère de son pays. Le tout dans l’indifférence la plus totale, pire même le rejet entre êtres humains..

Même si Saad a réussi à atteindre son rêve, je m’interroge tout de même sur le fait de savoir si la vie en Occident lui réellement apportera ce qu’il recherchait et si la sécurité matérielle compensera le fait de se couper de ses racines. Mais là, c’est un autre débat..

Saad est un jeune homme très astucieux et très malin qui sait toujours retomber sur ses pattes. Mais je dois dire que j’ai adoré le personnage du père qui a apporté une touche de poésie à ce roman.

"Il préférait fréquenter la langue en altitude [...]. Par conséquent, il appelait son père "l'auteur de mes jours", son épouse notre mère "ma fontaine de fertilité" et ses rejetons "la chair de ma chair, le sang de mon sang, la sueur des étoiles".

En résumé, même si ce n’est pas mon roman préféré d’EES, on en ressort grandi comme à chaque fois et c’est ce qui fait toute la qualité de l’auteur. Bravo Monsieur Schmitt !

 

 

Ulysse from Bagdad d'Eric Emmanuel SchmittUlysse from Bagdad d'Eric Emmanuel SchmittUlysse from Bagdad d'Eric Emmanuel Schmitt

Et pour finir, une petite citation : « Ces dernières siècles, les Européens, ils sont allés un peu partout, ils ont fondé des commerces un peu partout, ils ont volé un peu partout, ils ont creusé un peu partout, ils ont construit un peu partout, ils se sont reproduits un peu partout, ils ont colonisé un peu partout, et maintenant, ils s'offusqueraient qu'on vienne chez eux ? Mais je n'en crois pas mes oreilles ! Leur territoire, les Européens, ils sont venus l'agrandir chez nous sans vergogne, non ? Ce sont eux qui ont commencé à déplacer les frontières. Maintenant, c'est notre tour à nous, va falloir qu'ils s'habituent, parce qu'on va tous venir chez eux, les Africains, les Arabes, les Latinos, les Asiatiques. Moi, à la différence d'eux, je ne traverse pas la frontière avec des armes, des soldats ou la noble mission de changer leur langue, leurs lois, leur religion »

Ulysse from Bagdad d'Eric Emmanuel SchmittUlysse from Bagdad d'Eric Emmanuel SchmittUlysse from Bagdad d'Eric Emmanuel Schmitt

Publié dans Littérature

Commenter cet article