Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Un challenge qui invite au voyage..

Publié le par mademoisellechristelle

Je me suis inscrite récemment au challenge proposée par Géraldine (pour voir son blog c'est par ici) et qui nous propose de partir pour une belle croisière dans les iles ! J'ai hâte de me plonger dans mes nouvelles lectures !

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

Beauté fatale de Mona Chollet

Publié le par mademoisellechristelle

beaute-fatale.jpgMona Chollet est journaliste au Monde Diplomatique et l’auteur du site peripheries.net.  « Beauté fatale » est un essai, véritable satyre, dénonçant l’instrumentalisation du corps des femmes, notamment au profit des grandes marques des secteurs du luxe et des cosmétiques.
Pour appuyer ses théories, Mona Chollet va utiliser des exemples concrets et qui nous parlent à toutes : la presse féminine, les blogs mode, les séries américaines (mad men, sex and the city..), l’actualité (affaires Strauss-Kahn et Polanski).. qu’elle va décrypter afin de nous démontrer l’existence d’un véritable dictat de l’apparence qui impose une féminité complètement stéréotypée et dénuée de toute originalité.
Néanmoins, peu de femmes réussissent à atteindre ce modèle dit « de perfection » et à adopter le mode de vie qui va avec. Du coup, Mona Chollet démontre comment le fait de ne pas atteindre ce modèle engendre une haine envers soi et envers son corps. Et d’ailleurs, les femmes qui réussissent à atteindre ce fameux modèle trouvent-elles vraiment paix et sérénité ?
     
Les théories de Mona Chollet : L’essai est divisé en plusieurs parties développant chacune un thème lié à la féminité. Voici quelques-unes des théories développées par l’auteur.
Je ne vous apprends rien lorsque je vous dis que les femmes n’existent qu’à travers leur beauté. En effet, elles sont avant tout exposées pour leur apparence, c’est dans tous les magazines féminins. « Les femmes doivent n’être ni trop, ni trop peu attirantes : dans le premier cas, elles risquent de ne pas être jugées crédibles professionnellement et, si elles se font harceler sexuellement, elles l’auront bien cherché ; dans le second, elles s’exposent aux réflexions désobligeantes pour avoir manqué à leur rôle de récréation visuelle et de stimulant libidinal ».
Les femmes sont donc considérées comme des objets de représentation et non des êtres pensants, qualité qui semble être l’apanage des hommes Elles ne créent pas, ne bâtissent pas, ne parlent pas non plus, mais ont pour obligation d’être féminines pour pouvoir exister (« sois belle et tais toi ! »).
Certaines pensent qu’en utilisant leur intelligence, elles pourront contourner cette injonction à la féminité. Toutefois, il est fort probable que ces femmes n’auront pas l’intelligence de faire le tri entre les différents comportements imposés à elles. L’intelligence n’a rien à voir avec cela. En effet, le propre de ces discours est de la contourner (avez-vous déjà entendu parler du neuromarketing ?). Les publicitaires et la presse féminine jouent sur des craintes et des failles intimes que l’intelligence ne peut déceler : la peur de ne pas être aimée, la peur d’être rejetée, la peur de vieillir etc.. pour pouvoir faire passer leur message.
     
Les petites filles grandissent donc avec l’impression que les modèles de réussite sont matérialiséestoutcequibrille par les photographies de mannequins ou d’actrices que l’on retrouve dans la presse spécialisée pour les femmes. A ce titre, Mona Chollet nous donne un exemple qui m’a particulièrement frappé.
Les deux héroïnes du film « tout ce qui brille » rêvent en secret de posséder de belles chaussures, de porter les habits des grands couturiers, d’avoir un train de vie luxueux.. C’est cela, leur modèle de réussite. En revanche, le destin de Marie Curie, lui, ne les fait pas rêver. Marie Curie n’est pas présentée comme un modèle de réussite. D’ailleurs tout le monde s’en fout. Autre exemple : qui cela ferait-il rêver aujourd’hui de voir Sophie Marceau passer l’Agrég de français dans le film l’ « Etudiante » (http://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=29685.html). Personne, on est bien d’accord. Penser et réussir ses études n’est pas un modèle rêvé de vie.
Tout ceci fait bien évidemment les bonnes affaires des grandes marques du luxe, de la cosmétique et des magazines féminins qui voient leur chiffre d’affaires croitre de plus en plus alors que nous connaissons actuellement une crise économique d’ampleur mondiale !
Le retour de bâton (backlash) est alors sans pitié : les petites filles s’imaginent que les modèles qui leur sont présentés partout sont des symboles de réussite et qu’il faut leur ressembler quel qu’en soit le prix. Du coup, au lieu de se développer et de renforcer leur personnalité, elles se vident de leur contenu pour se rapprocher de modèles standardisés et sans personnalités. 
un_it_bag_trois_possibilites_mode_une.jpg
D’autre part, il convient de noter que la vie des stars est composée uniquement de loisirs, de plaisirs et de moments où on dépense son argent (boire dans des bars à la mode, faire du sport avec un coach, diner au restaurant, faire les boutiques, bronzer à la plage..). Ces moments de vie sont censés vous apporter plénitude et satisfaction.
Ce mode de vie doit surtout être considéré comme un « bras d’honneur » à la plèbe qui ne pourra jamais atteindre un tel train de vie. Néanmoins, ces gens si bien-pensant ont oublié que l’on ne peut apprécier des moments de plaisirs que lorsqu’on a dû affronter d’autres moments plus sombres. C’est ce contraste qui fait prendre aux moments de plaisir tout leur sens.
     
La série Sex and the City reflète parfaitement cette réalité. On y voit les quatre héroïnes évoluant dans une vie composée uniquement de loisirs (et très couteux la plupart du temps) sans jamais travailler (sauf peut-être pour Miranda l’avocate). Leur modèle de réussite consiste donc à dépenser leur argent et évoluer dans le milieu du luxe new-yorkais, agrippant en chemin tous les beaux gosses riches qui passent par là. Des valeurs comme le travail, l’amour d’une famille, la beauté simple de la vie, le partage, la découverte de soi et du monde en sont exclues.
Enfin, laissez-moi vous dire quelques mots sur le corps féminin. Là encore, je ne vous apprends rien lorsque je vous dis qu’il existe en la matière une injonction à la minceur (voire la maigreur), modèle largement diffusé par les stars et par les grandes industries du luxe et de la mode qui, là encore, y trouve bien leur compte.
« La presse féminine promet à ses lectrices le nirvana, pour peu qu’elles parviennent à conquérir le corps qu’elle leur fait miroiter. Ce nirvana, les créatures qui peuplent ces pages mode, photographiées au bord de l’orgasme dans des paysages de rêve relève de l’illusion. L’absence de tout bourrelet ne signifie pas, loin de là, l’absence de tout problème, comme on veut le croire. Le métier de modèle semble bien n’apporter que la haine de soi ».
          sex-and-the-city.jpg
Ce que j’en pense  : soyons franches, j’ai pris une véritable claque avec ce livre ! Les termes sont choisis avec soin, ce que Mona Chollet dit est censé, intelligent, réfléchi voire même salutaire. Attention toutefois, certaines théories sont un peu trop poussées au risque d’agacer parfois le lecteur (était-ce là un effet recherché ?).
A travers cet essai, Mona Chollet pose les bases du féminisme du 21ème siècle : un féminisme mordant, audacieux mais aussi sachant observer et déjouer les mécanismes et les pièges de la société moderne.
 
Mona Chollet, à travers « beauté fatale » ne nous interdit pas d’être belles et féminine. Elle attire notre attention sur le fait de développer sa propre pensée et sa propre féminité, loin des influences sociétales, pour enfin pouvoir être en paix avec l’image que reflète le miroir : « Non, décidément, il n’y a de mal à vouloir être belle. Mais il serait peut-être temps de reconnaître qu’il n’y a aucun mal non plus à vouloir être ».
makeup-myth.jpg
Et pour finir, quelques petites citations : "Dans les magazines pour adolescentes, les seules femmes qui sont mises en vedette, ce sont les mannequins et les actrices. Forcément, leurs lectrices en déduisent que c'est cela, la réussite pour une femme. D'ailleurs, leurs fantasmes de succès se limitent souvent aux carrières qui feraient d'elles des objets de représentation : chanteuse, actrice, top model."
 
« Il est significatif que le personnage qui a fait carrière en incarnant une caricature creuse de l’intellectuel parisien, Bernard-Henri Levy, forme un couple médiatiquement très vendeur avec l’actrice et chanteuse Arielle Dombasle : ensemble, ils représentent à la perfection cette division des rôles sexués. Monsieur pense et pontifie, pendant que Madame danse nue au Crazy Horse et dispense ses conseils de beauté et de nutrition dans les magazines ».
« Les conséquences de cette aliénation sont loin de se limiter à une perte de temps, d'argent et d'énergie. La peur de ne pas plaire, de ne pas correspondre aux attentes, la soumission aux jugements extérieurs (…) traduisent et amplifient tout à la fois une insécurité psychique et une autodévalorisation qui étendent leurs effets à tous les domaines de la vie des femmes. Elles les amènent à tout accepter de leur entourage ; à faire passer leur propre bien-être, leurs intérêts, leur ressenti après ceux des autres ; à toujours se sentir coupables de quelque-chose ; à s'adapter à tout prix, au lieu de fixer leurs propres règles ; à ne pas savoir exister autrement que par la séduction, se condamnant ainsi à un état de subordination permanente ; à se mettre au service de figures masculines admirées, au lieu de poursuivre leurs propres buts ».
 
«A la fin des années 1970, une jeune top model est à Paris. Se promenant avec une amie, elle voit tout à coup Jack Nicholson sortir de l’hôtel George V. Elles l’abordent au culot, et l’acteur leur propose de l’accompagner à une petite fête où il se rend. « Jack sonne et devinez qui ouvre la porte ? Roman Polanski ! C’était complètement dingue ! Nous sommes rentrés dans une pièce remplie de petites blondes d’une quinzaine d’années. Du coup, Lisa et moi on se trouvait vieilles et on s’est regardées en se disant intérieurement : « Foutons le camp d’ici !» Quelqu’un a fait passer un joint, Lisa n’y a pas touché, mais j’en ai pris quelques taffes. Tout à coup, je commence à me sentir malade, à tel point que je suis obligée de m’allonger. Il m’a fallu quelques minutes pour reprendre mes esprits. Mais plusieurs des filles étaient inconscientes… ça craignait ! On s’est barrées ».
   

Publié dans Littérature

Partager cet article

Repost 0

Un jour, une toile : Le Printemps de Botticelli

Publié le par mademoisellechristelle

botticelli2

Lorsque je me suis retrouvée face à ce tableau de Botticelli, une seule chose s’est imposée à moi : m’asseoir et rester plantée là, à tomber en admiration devant tant de couleurs, de grâce et de finesse..

L’image que j’avais devant moi était tout simplement incroyable et me plongeait dans un imaginaire bucolique et romantique que j’ai toujours adoré.

 

De nombreux historiens ont cherché à interpréter cette toile dont le sujet demeure inconnu à ce jour. Il existe donc de multiples analyses de l’œuvre de Botticelli, toutes différentes les unes des autres. En voici néanmoins les grandes lignes.

Ce tableau serait une représentation allégorique d’un poème d’Ovide. Il nous fait découvrir un jardin à la végétation luxuriante ; les personnages apparaissent avec un visage doux et serein et sont peints avec grâce, subtilité et raffinement.

 

Au centre, levant la main droite, trône Vénus, véritable sujet du tableau (et non le Printemps), autour de laquelle gravitent de nombreux personnages. A côté d’elle, les trois Grâces dansent en formant une ronde. Elles symbolisent chacune la beauté, la vertu et la fidélité. Apparait également la déesse du Printemps, vêtue d’une robe à fleurs.

Tout à droite, on peut voir une nymphe (Flore, allégorie de Florence) poursuivie par Zéphyr, le vent du Printemps. De l’autre côté, un peu isolé, Mercure chasse les nuages avec son caducée. Enfin, tout en haut, Cupidon se prépare à décocher sa flèche sur l’une des trois Grâces.

 

Une analyse plus poussée de ce tableau donne lieu à diverses interprétations, toutes aussi controversées les unes que les autres.

Botticelli ayant emporté son secret avec lui, il ne reste plus à l’humble spectateur de cette scène qu’à s’asseoir, admirer l’œuvre du Maître et plonger dans son univers.

 

Le Printemps est aujourd’hui exposé à la galerie des Offices à Florence.

 

(sources : Wikipedia, Larousse, Insecula)

 

Publié dans Un jour - une toile

Partager cet article

Repost 0

Le guide de la rupture amoureuse (pour les filles)

Publié le par mademoisellechristelle

la ruptureC’est un fait : la rupture amoureuse est douloureuse. Elle fait mal qu’elle soit décidée d’un commun accord ou non. Elle fait mal qu’on la subisse ou non. Elle fait mal qu’elles qu’en soient les raisons. Mais surtout, elle fait mal parce que celui qui est quitté se sent rejeté et abandonné.  
 
En ce qui me concerne, ma réaction aux ruptures amoureuses douloureuses a toujours été la même : je ressens une affreuse douleur au ventre (comme si on me tordait à l’intérieur), je m’effondre sur place et je pleure. Je pleure jusqu’à épuisement, je pleure jusqu’à ce que je sente une sorte de flottement, je pleure jusqu’à m’en étourdir pour oublier ce que j’ai vécu.
 
Puis viennent les questions sans réponse (« mais pourquoi ? »), les remises en question (« qu’ai-je donc fait pour mériter ça ? »), ma vieille compagne la solitude, puis enfin, la reconstruction. Néanmoins, avec le recul, je me rends compte que je n’ai pas toujours adopté le bon comportement pour affronter les ruptures jusqu’à parfois me rendre ridicule et perdre ce que j’avais pourtant de plus précieux : ma dignité.
 
Or, dans ces situations, la dignité reste la seule arme dont nous disposons. Et pour certaines (comme moi).. c’est l’échec (total)..
En effet, soyons honnêtes, nous avons bien souvent mis notre dignité au placard après une rupture amoureuse douloureuse pour ramper et s’abaisser devant le connard garçon qui nous a larguées comme une vieille chaussette quittées sans trop de ménagement.
 
La rupture engendrant avant tout une perte de repères, j’ai choisi de vous offrir un petit kit de survie afin d’éviter les erreurs, et franchir (à peu près) dignement le cap de la rupture amoureuse.
Voici donc les différentes étapes d’une rupture amoureuse réussie :
 
-          Etape n°1 : le déni
Le premier réflexe qu’on a quand un garçon nous quitte c’est de se dire qu’on est en train de rêver et que toute la scène qu’on a vu défiler ne s’est jamais réalisée.
 
On s’imagine alors que notre Jules va agir comme dans tous ces films de midinettes dont on nous abreuve.. Mais si, vous savez bien.. IL la quitte, IL s’en va, mais IL se rend compte finalement qu’IL l’aime alors IL revient précipitamment sur ses pas (d’ailleurs, il pleut à ce moment-là en général), IL court, IL défonce sa porte, IL la trouve et se jette sur ELLE pour l’embrasser et lui avoue son amuuuur !
Ce type de réflexe est tout à fait normal, néanmoins.. Ne rêvez pas mesdames, il ne revient jamais dans la réalité ! Alors on redescend sur Terre ! Allez hop, hop, hop (oui, je sais c’est dur). Une fois que vous avez réalisé que ce mec ne reviendra jamais et combien vous méritez mieux que ce pauvre naze, vous aurez réussi l’étape n°1. Vous pouvez alors passer à l’étape n°2.
-          Etape n°2 : la colère
Cette étape est également appelée « la théorie du va te faire foutre connard !!! ».  
Là, on commence à se rendre compte que le garçon en question n’est qu’une pauvre tâche et qu’il ne se rend pas compte de ce qu’il a perdu. Et oui mesdames, chaque femme est un trésor, ne l’oubliez pas !
Alors on l’insulte. Logique. C’est à ce moment-là qu’il faudra vous entourer de vos meilleurs amis. Vous en aurez besoin non seulement pour vous aider à surmonter ce terrible chagrin, mais surtout, pour qu’ils vous confisquent sur le champ votre téléphone portable !
 
En effet, comment maintenir un semblant de dignité lorsqu’on envoie des textos douteux à 3 heures du matin ivre morte : « j’espère que ta saucisse ira griller sur le barbecue de l’enfer » ou encore « je prie pour que tu croises sur ton chemin un hippopotame en rut ».
 
Comment également garder un semblant de dignité lorsqu’on appelle désespérée (et désespérante) sa famille, ses amis, son travail.. Ressaisissez-vous enfin !
On a dit qu’il fallait vous montrer digne ! Répondre au rejet par une insulte relève en réalité du niveau intellectuel de CM2. Et franchement, si vous aviez réellement l’intention de récupérer votre ex, croyez-vous qu’il reviendra après ce genre de messages ? Il est plutôt fort probable qu’il change de numéro..
A éviter également :
-          toute forme de vaudou, sortilège magique (laissez tomber les poupées, vous allez vous faire mal) ou autre sacrifice de poulets (ces pauvres bêtes n’y sont pour rien)
-          la jalousie (puéril)
-          les fausses rencontres « par hasard » à 10 mètres  de chez lui (« ah tiens, qu’est-ce que tu fais là ? ») ou autres tentatives de filatures
-          les statuts larmoyants sur facebook (« ne me quitte pas.. il faut oublier.. tout peut s’oublier.. ») : on a dit dignité, pas pitié !
-          les photos dénudées envoyées via MMS genre « regarde ce que tu perds » (alors là, sortez immédiatement de mon blog !)
Si vous avez pu éviter tous ces pièges et garder ne serait-ce qu’un semblant de dignité, alors vous pouvez passer à l’étape n°3.
-          Etape n°3 : l’acceptation
Sachez que lorsque vous atteignez l’étape n°3, vous pourrez vous féliciter et vous dire que vous avez franchi un grand pas. Mais malheureusement, c’est aussi la phase la plus douloureuse..
C’est là qu’on se rend compte que l’être aimé est vraiment parti et qu’on encaisse le fait qu’il ne veut plus de vous. Oui, cette fois, il ne reviendra pas..
C’est précisément à cette étape que peut surgir la douleur provoquée par le rejet mais c’est également à cette étape que votre vieille copine « solitude » va pointer le bout de son nez.
A éviter donc : rester seule chez soi en pyjama avec une bouteille de vodka (non, non, je n’ai jamais fait ça..).

 
On reprend donc le contrôle de la situation et on repêche par la même occasion la dignité que l’on a noyée dans la vodka. Un homme mérite-t-il vraiment de vous plonger dans un tel état ? Croyez-vous que cela en vaut vraiment la peine ?
Parce que pendant que vous vous lamentez sur votre passé et sur votre ex qui ne reviendra jamais, l’ex, de son côté, se noie aussi dans l’alcool.. mais pour fêter son célibat ! Et à son bras pend une créature aux yeux de biche avec des fesses rondes comme des boules de billard et des jambes qui mesurent 1,50 mètre !
Les filles : la plus belle vengeance que vous pourrez avoir serait de bouger, sortir et voir du monde (évitez quand même les couples heureux et fiers de l’être). Imaginez un peu l’ego de votre Jules s’il apprend que quelques jours à peine après votre séparation, tout le monde vous voit en pleine forme dans toutes les soirées où il faut aller, alors qu’il vous croit au fond du gouffre dans votre lit.
« Eh oui, mon cher, tu as quitté une femme forte, combative et qui.. plait toujours ! Eh bien tant pis pour toi ! ». Une fois votre égo reboosté et celui de l’ex complètement cassé, vous pourrez passer à l’étape suivante.
-          Etape n°4 : la transition
Il existe à cette étape plusieurs types de comportements :
Vous vous transformez en chagasse-bombasse-bonnasse qui allume tout ce qui passe : Ce type de comportement est juste bon pour l’ego. Vous vous rendez compte que vous plaisez toujours, vous sortez, vous papillonnez, vous brillez, vous éprouvez l’excitation de la première rencontre, vous vous sentez belle et attirante, bref.. vous vous remontez vous-même dans votre propre estime et vous reprenez petit à petit confiance en vous. Attention, toutefois, cette phase doit être temporaire ; autrement, vous pourriez provoquer votre propre auto-destruction.
 
Vous vous relancez dans la reconquête de votre ex : exercice très périlleux.. Certes, le recul vous donne plus d’assurance et les clés nécessaires pour comprendre votre séparation. Néanmoins, si votre partenaire a décidé de refaire sa vie de son côté, la chute peut être très douloureuse.. Attention aussi à la forme « indirecte » de ce type de comportement : aucun garçon ne trouve grâce à vos yeux car vous ne cessez de le comparer avec votre ex.. Erreur ! La rupture est consommée, le deuil est endeuillé ! C’est fini, il faut passer à autre chose !
Vous vous mettez en quête d’un nouveau partenaire (qui si possible ne ressemblera en rien à l’ancien) : il y a du mieux mais la démarche de comparaison démontre que vous n’avez toujours pas fait le deuil de votre ancienne histoire.
           
Puis, un jour, sans crier gare, votre histoire disparait. Vous vous réveillez un matin et vous réalisez que vous ne pensez plus à lui, que vous avez oublié les traits de son visage et que vous avez du mal à se rappeler de son nom. Et là, finalement, vous réalisez que les choses ont fini par se faire seules.
C’est là, et seulement, là que vous serez prêtes : prêtes à affronter le monde, prêtes à prendre ce que la vie nous offre, prêtes à avoir une nouvelle et belle histoire, prêtes à vibrer à nouveau..

Partager cet article

Repost 0

La passion Lippi de Sophie Chauveau

Publié le par mademoisellechristelle

Qui a dit que les moines dessinant des Madones étaient tous des anges ? Ce n’est certainement pas le cas de Filippo Lippi, artiste libre, moine défroqué, prince des voyous, manipulateur, ivrogne et libertin.
« La passion Lippi » est le premier volet d’une trilogie consacrée à la Renaissance italienne ; suivent ensuite « le rêve Botticelli » (disciple de Lippi) et « l’obsession Vinci ».   
 
La-passion-Lippi.jpgL’histoire : Florence, 1414. Cosme de Médicis, qui dirige alors la ville, arpente les rues de Florence lorsqu’il se retrouve nez à nez avec un enfant dont les pieds nus sont recouverts de corne épaisse. Cosme n’aurait d’ailleurs pas prêté attention à cet enfant, s’il n’avait pas remarqué le dessin que ce dernier était en train de réaliser sur le sol avec de la poussière et du charbon de bois. Grand amateur d’art, Cosme repère immédiatement le talent chez cet enfant.
 
Il le confie alors à son grand ami, Guido di Pietro, peintre artisan, auprès duquel Lippi apprendra les bases du métier (préparer les panneaux, dessiner, mélanger les couleurs..). Il le confie également au couvent des carmes auprès duquel Lippi recevra une éducation religieuse des plus strictes. Lippi est heureux : heureux d’en avoir fini avec la misère de la rue mais surtout, heureux d’apprendre. « Il aime apprendre. Il vient de le découvrir : il adore qu'on lui enseigne des choses. Chaque nouveauté est un cadeau. Il se sent vivre plus fort quand on lui communique des choses formidables. Formidable bonheur ! Il jubile de tout son corps ». Néanmoins, Lippi a soif de liberté.
 
Et pour se sentir plus libre, il s’échappe tous les soirs du couvent où il loge pour retrouver les prostituées des bordels alentours. Il trouve auprès d’elles réconfort, tendresse, enivrement et plaisir de la chair alors qu’il est âgé d’à peine treize ans. Lippi réalisera d’ailleurs des fresques murales et des peintures sur plafond à l’intérieur de ces bordels. Ses œuvres représentant des madones dévêtues lui vaudront le surnom de « prince des bordels » et lui assureront la protection des prostituées.  
 
fillippino-lippi-autoportrait-offices.jpgPuis, Lippi prononce ses vœux et devient moine en même temps que son maitre Guido. Entre temps, Lippi se lie d’amitié avec un jeune peintre talentueux de l’époque, surnommé Masaccio, dont il s’inspirera tout au long de ses œuvres. Il fréquente également les grands artistes du quattrocento : Donatello, Ghiberti, Brunelleschi, Ucello.. Lippi devient de plus en plus célèbre et les commandes de représentation de madones, dans lesquelles Lippi excelle, affluent. Toujours sous la protection de Cosme de Médicis, Lippi met son insolence au service de son ambition. Il décide de faire souffler un vent nouveau sur la peinture italienne. En effet, Lippi monnaye ses œuvres, fait payer ses idées et ses coups de pinceau aux grandis de la société italienne. « Les riches n’ont jamais été si malmenés « au nom de l’art ». Avec l’argent gagné, Lippi mène une vie de débauche, s’enivre dans les bordels et fréquente les bas-fonds.
 
A soixante ans, on lui demande de réaliser un triptyque marial pour la chapelle d’un couvent à Prato. Lippi choisit de prendre une nonne pour modèle. Il voit toutes les nonnes du couvent, une par une. Aucune ne semble le satisfaire. Puis, entre la jeune Lucrezia Butti. Il le sait, c’est elle la Vierge Marie. Une Vierge pour qui il s’est pris de passion dès le premier regard mais aussi une Vierge qui le poussera à commettre l’irréparable..
 
Ce que j’en pense :  Quelle incroyable vie que celle de Fra Filippo Lippi ! Moine mais pas saint pour autant, Lippi apparait comme un personnage attachant par certains côtés, et antipathique par d’autres. Et pourtant, soyons honnête : je me suis un peu ennuyée pendant les 300 premières pages du livre (qui en compte 480).
 
filippo lippi-vierge-a-l-enfant-et-deux-angesCette première partie présente néanmoins l’avantage de nous faire découvrir la société italienne du XVème siècle ainsi que la vie et les mœurs des peintres de la Renaissance. Si l’on passe les anachronismes et les erreurs historiques, on y apprend notamment que la plupart des peintres italiens, contrairement à Lippi, préfèrent les hommes (ce sera le cas de Botticelli). On y apprend aussi que les femmes servant de modèles pour les tableaux et les représentations de Vierges Marie n’étaient autre que des prostituées choisies dans le bordel le plus proche ; tableaux et représentations adorés ensuite par les fidèles venus honorer la Sainte Vierge dans les églises.
 
Les œuvres peintes par Lippi sont plutôt bien décrites mais on déplore toutefois l’absence d’illustrations. Du coup, je n’ai eu qu’une envie une fois le bouquin fini : chercher toutes les œuvres de Lippi pour pouvoir retrouver celles décrites par l’auteur !
 
La midinette fleur bleue que je suis a préféré la seconde partie consacrée à la grande histoire d’amour de Lippi avec Lucrezia, qui lui inspira la plupart de ses toiles. Et là, avouons-le, Sophie Chauveau a une manière de décrire et de raconter l’amour et le désir de l’autre que peu d’auteurs ont. J’étais tout simplement scotchée au livre et je ne m’en détachais qu’à grand peine. Il y a une telle intensité dans son écriture ! Des sentiments si vrais, si profonds que ça ne peut être que du vécu. J’en reste encore toute retournée rien que d’y penser..

 

Et pour finir, une petite citation : « Mais c’est étrange. Depuis ce matin, je le sais toujours mais je ne le crois plus vraiment, plus autant. Enfin pas seulement. Vous me regardez aussi… Comment dire ? … Pour me voir. Pas uniquement pour me peindre. Voilà ! C’est ça ! Oui ! Et c’est pour ça que je me sens toute nue. Complètement nue. Comme on n’a pas le droit au couvent. […] Je suis déshabillée par vos coups d’œil. Ces successives douleurs. C’est moi qui suis nue, pas la Sainte Vierge que vous dénudez, mais bien la pauvre Sœur Lucrezia de l’Annonciation ».
 
  Coronation-of-the-Virgin_Spoleto--Duomo_1467-69.jpg
 
 
 
 

 

Publié dans Littérature

Partager cet article

Repost 0

Archives