Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Amok de Stefan Zweig

Publié le par mademoisellechristelle

 

AmokL'histoire : les éditions du livre de poche ont choisi de rassembler dans un même ouvrage trois nouvelles de Stefan Zweig : Amok, Lettre d'une inconnue et La ruelle au clair de lune.

L'Amok est un terme malais désignant un fou sanguinaire courant dans tous les sens et zigouillant tout et tout le monde sur son passage. Mais, me direz-vous, pourquoi intituler sa nouvelle ainsi ?

Le narrateur se retrouve sur un bateau, à raconter sa propre histoire à un inconnu. Ce narrateur, c'est un médecin ayant vécu en Malaisie (quoi, comment ça, vous l'avez deviné ?) et qui est tombé fou amoureux (c'est le cas de le dire) d'une anglaise lui ayant demandé d'avorter.

L'attitude de défi et hautaine de cette jeune femme réveillera les pulsions animales les plus enfouies chez le médecin. Néanmoins, il refuse d'accéder à sa demande tout en sachant pertinemment qu'il la renvoie vers des pratiques plus obscures. Il deviendra alors complètement obsédé par la jeune anglaise et quittera tout pour tenter de la retrouver afin de la posséder. La comparaison est faite avec l'Amok.

« Lettre d'une inconnue » est une nouvelle rédigée sous la forme d'une lettre (non, sans blague !) écrite par une inconnue (on progresse dans la déduction) à un écrivain (connu, mais qu'on ne connaît pas, vous me suivez là ?).

A travers cette lettre plus qu'enflammée, cette inconnue va avouer son amour inconditionnel qu'elle voue à cet homme depuis l'enfance jusqu'à son dernier jour. Elle racontera son coup de foudre immédiat lorsqu'elle l'apperçut pour la première fois, vivant dans la maison voisine à la sienne quand elle était petite ; les heures passées à veiller près de sa porte, à l'écoute du moindre bruit ; son bouleversement lorsque sa mère l'a obligée à déménager et son retour quand elle fut en âge de travailler, pour se rapprocher de lui. Puis, elle avouera comment elle l'a espionné pendant des heures, cachée en bas de chez lui, espérant un petit signe à la fenêtre.

Notre jeune inconnue a pu rencontrer son amour à deux reprises.. mais qui furent sitôt oubliées par l'intéressé, qui ne se rappelle même plus de son existence. Alors, au travers de cette lettre, la jeune inconnue choisit de tout lui avouer et de dévoiler son cœur brisé..

Quant à la troisième nouvelle, « La ruelle au clair de lune », je m'en rapporte à la partie suivante..

 

femme-lettre.jpgCe que j'en ai pensé : de toutes les nouvelles que j'ai lues de Stefan Zweig, je dois avouer que ces trois là sont loin d'être les meilleures.. Pour plus de clarté dans mon exposé, je vous propose de reprendre chacune de ces nouvelles une par une..

On ouvre le bal avec « Amok ». Dans cette nouvelle, Stefan Zweig renoue avec le thème prédominant ses nouvelles : la folie. Comme dans « Vingt-quatre heures dans la vie d'une femme », le lecteur est amené à se demander jusqu'où un homme pourrait aller pour suivre sa passion, passion amoureuse en l'occurence.

Comment une situation ordinaire (une jeune femme qui vient consulter un médecin) peut dégénérer en une passion dévorante et dévastatrice qui va conduire un homme qui semble saint d'esprit, à perdre tout sens commun uniquement pour suivre ses pulsions ? C'est précisément la question abordée par Stefan Zweig.

Comme dans « Vingt-quatre heures dans la vie d'une femme », la nouvelle nous est racontée par un narrateur extérieur.

Toutefois, même si l'écriture de Zweig reste magnifique, je dois dire que je n'ai pas totalement accroché à cette nouvelle. Pourquoi, je ne me l'explique pas ; sans doute un sentiment de déjà vu par rapport à « Vingt-quatre heures dans la vie d'une femme ».

Pour évoquer la « lettre d'une inconnue », je vais citer l'un de mes amis qui m'a dit un jour : « l'amour ne se fantasme pas, il se vit ». Cette phrase a parfaitement trouvé échos à mes oreilles lors de la lecture de cette deuxième nouvelle.

En effet, depuis le début de cette fameuse lettre, je n'ai eu qu'une envie : secouer cette jeune fille et lui faire comprendre que l'homme qu'elle aime n'est qu'un c.........pas celui qu'elle croit. Cette jeune femme est complètement obsédée et gâche sa vie pour un homme qui ne la voit pas et pire même, l'oublie après avoir couché avec elle.

Elle aussi perd tout sens commun et fait tout pour se retrouver près de cet homme, qu'elle n'hésitera pas à espionner de jour comme de nuit. En réalité, la jeune inconnue ne connaît absolument pas cet homme qu'elle fantasme complètement. Elle ne vit pas son amour, elle le fantasme ! Forcément, la déception ne peut qu'être au bout du chemin.

A ce stade de la lecture, je dois dire que je suis passablement agacée par le comportement de la jeune inconnue. Du coup, je n'arrive pas à me concentrer et me détache complètement de la troisième nouvelle, « ruelle au clair de lune », dont je ne vois pas l'intérêt.

Au final, même si je suis quelque peu déçue par ces trois nouvelles, je ne compte pas rester sur un échec et poursuivre mes lectures « zweigiennes » !

 

grand papillon rose et noir personnalisez sculpture photo-pgrand papillon rose et noir personnalisez sculpture photo-pgrand papillon rose et noir personnalisez sculpture photo-p


Et pour finir, une petite citation : « Je veux te révéler toute ma vie, cette vie qui véritablement n'a commencé que du jour où je t'ai connu. Auparavant, ce n'était qu'une chose trouble et confuse, dans laquelle mon souvenir ne se replongeait jamais; c'était comme une cave où la poussière et les toiles d'araignée recouvraient des objets et des êtres aux vagues contours, et dont mon coeur ne sait plus rien ».

Publié dans Littérature

Partager cet article

Repost 0

Archives