Ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n'en as qu'une de Raphaëlle Giordano

Publié le par mademoisellechristelle

.

 

Ce que dit la quatrième de couv’ :

« - Vous souffrez probablement d’une forme de routinite aiguë.

- Une quoi ? »

 

Camille, trente-huit ans et quart, a tout, semble-t-il, pour être heureuse. Alors pourquoi a-t-elle l'impression que le bonheur lui a glissé entre les doigts? Tout ce qu'elle veut, c'est retrouver le chemin de la joie et de l'épanouissement. Quand Claude, routinologue, lui propose un accompagnement original pour l'y aider, elle n'hésite pas longtemps: elle fonce. À travers des expériences étonnantes, créatives et riches de sens, elle va, pas à pas, transformer sa vie et repartir à la conquête de ses rêves...

Les gouttes, de plus en plus grosses, s’écrasaient sur mon pare-brise. Les essuies glace grinçaient et moi, les mains crispées sur le volant, je grinçais tout autant intérieurement… Bientôt, les trombes d’eau furent telles que, d’instinct, je levai le pied. Il ne manquerait plus que j’aie un accident ! Les éléments avaient-ils décidé de se liguer contre moi ?

Ce que j’en pense : sur la couverture, il est écrit que c’est le livre qui a rendu des milliers de gens heureux. Et franchement, après avoir lu le troisième tome de Vernon Subutex, il me fallait une bonne grosse dose de positivité. Alors, je me suis dit que ce livre était par-fait.

 

Malheureusement, « Ta seconde vie commence quand tu comprends que tu n’en as qu’une seule » n’a pas été un coup de cœur. J’ai trouvé sa lecture agréable, mais je n’ai pas eu la petite étincelle. D’abord, parce que j’ai trouvé que les clés que donne Claude, le routinologue, à Camille, pour lâcher prise, sont un peu trop évidentes. Je n’ai pas eu la sensation d’avoir « appris quelque chose » en lisant ce roman et j’en ressors un peu déçue. Ainsi, je ne suis pas surprise d’apprendre que pour avancer il faut « couper les élastiques du passé » ou qu’il faut faire éclater son sourire intérieur pour retrouver la sérénité.

Ensuite, j’ai trouvé que Camille réussissait un peu trop bien et un peu trop vite les exercices proposés par Claude. Dans la réalité, je ne suis sûre que tout le monde soit aussi imaginatif ou aussi ouvert d’esprit que l’est Camille quand elle fait ses exercices et réussisse tout du premier coup. Ainsi, un être humain lambda s’y serait peut être pris à plusieurs reprises pour exceller dans l’art de la modélisation (s’inspirer de ses modèles pour créer son propre modèle de réussite).

 

On comprend alors que l’histoire n’est qu’un prétexte utilisé par l’auteure pour proposer au lecteur des clés en matière de développement personnel. En somme, Raphaelle Giordano nous apprend à être heureux avec des choses simples de la vie. Le concept est assez malin et surtout pédagogique.

 

Cependant, j’ai eu beaucoup de mal à m’identifier à Camille alors que je suis censée pouvoir me mettre à sa place et recevoir des conseils pour trouver le bonheur. J’ai trouvé son personnage et les conseils qu’elle reçoit un peu « cliché » et je ne suis pas parvenue à pénétrer dans le monde merveilleux de l’auteure.

 

Malgré tout, j’ai trouvé que cette lecture mettait du baume au cœur en ces temps bien tristes où beaucoup de gens sont sujets à des dépressions. A mon sens, il s’agit d’un ouvrage à mettre dans la catégorie « pansements ». Et franchement, il n’y a vraiment pas de mal à se faire du bien…

 

Ma note : 3,75/5

Publié dans Littérature

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Philippe D 07/01/2018 14:51

J'ai été un peu déçu par ce bouquin. J'attendais autre chose...

mademoisellechristelle 07/01/2018 15:16

Comme quoi il faut toujours se méfier des bouquins hyper médiatisés !