Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La décision de Karine Tuil

Publié le par mademoisellechristelle

Ce que j'en pense : Troisième livre lu dans le cadre du prix roman France TV     

Alma est juge anti-terroriste à Paris et voit arriver dans son bureau un jeune homme suspecté d'avoir rejoint l'Etat islamique en Syrie. On le suspecte de radicalisation et d'être rentré en France pour commettre un attentat. Lui assure n'avoir rien à voir avec l'Etat Islamique, s'être fait berné par leur doctrine et vouloir vivre en France tranquillement avec sa femme et son fils. Alma doit décider de le placer en détention provisoire ou de le relâcher. Le croire ou protéger les citoyens d'un éventuel attentat.
En parallèle, la vie personnelle d'Alma est sur le point de prendre un nouveau tournant. Son mariage est sur le déclin et elle entretient une liaison avec un avocat qui n'est autre que l'avocat du jeune homme suspecté de radicalisation.
 
Entre raison et déraison, les décisions que doit prendre Alma risquent bien de bouleverser sa vie personnelle et celle du pays tout entier...

Ma décision, je l’ai prise seule, dans l’intimité de ma conscience, j’ai cru en la justice, j’ai voulu croire en l’homme, et la seule réponse à ceux qui vous opposent la mort, c’est la vie - c’est toujours la vie.

Publié dans Littérature

Partager cet article
Repost0

La patience des traces de Jeanne Benameur

Publié le par mademoisellechristelle

Ce que dit la quatrième de couv' : Psychanalyste, Simon a fait profession d'écouter les autres, au risque de faire taire sa propre histoire. À la faveur d'une brèche dans le quotidien - un bol cassé - vient le temps du rendez-vous avec lui-même.
Cette fois encore le nouveau roman de Jeanne Benameur accompagne un envol, observe le patient travail d'un être qui chemine vers sa liberté. Pour Simon, le voyage intérieur passe par un vrai départ, et - d'un rivage à l'autre - par le lointain Japon : ses rituels, son art de réparer (l'ancestrale technique du kintsugi), ses floraisons...
Quête initiatique qui contient aussi tout un roman d'apprentissage bâti sur le feu et la violence (l'amitié, la jeunesse, l'océan), c'est un livre de silence(s) et de rencontre(s), le livre d'une grande sagesse, douce, têtue, et bientôt, sereine

Simon est assis dans sa cuisine, seul. Il vient de ramasser les deux parties d'un vieux bol bleu. Une dans chaque main.
Le bol est tombé sans qu'il s'en rende compte. Il lui a échappé des mains.
Maintenant, il regarde par la fenêtre. Les deux moitiés ne pèsent pas le même poids.
On peut jouer toute une vie sur quelque chose de brisé. Il en sait quelque chose.

Publié dans Littérature

Partager cet article
Repost0

Voyage au bout de l'enfance de Rachid Benzine

Publié le par mademoisellechristelle

 

Ce que j'en pense C'est l'histoire d'un petit garçon qui s'appelle Fabien...

Fabien est un petit garçon heureux qui aime le football, la poésie et les copains de son école à Sarcelles. Un jour, les parents de Fabien vont décider de partir en Syrie pour rejoindre l'Etat Islamique avec leur fils. Fabien va alors devenir Farid, il va quitter ses copains de l'école et n'aura plus le droit d'écrire de la poésie. Farid va suivre les enseignements des lionceaux du Califat pour devenir un enfant soldat.
En partant, les parents de Fabien pensaient trouver un paradis terrestre : ils trouveront une terre de violences, de misère, de mensonges et d'isolement. 
 
C'est à travers les yeux de Farid que nous découvrirons de quoi est composé sa nouvelle vie en Syrie. Ce roman poignant et d’une grande humanité raconte le cauchemar éveillé d’un enfant lucide, courageux et aimant qui va affronter l’horreur.

Publié dans Littérature

Partager cet article
Repost0

Un amour d'ADN d'Abigaelle Lacombe-Didier

Publié le par mademoisellechristelle

Ce que dit la quatrième de couv' : Avez-vous entendu parler d'un amour d'ADN, un amour si puissant au sein des cellules qu'il permet de guérir des maladies génétiques et des cancers ? 

Un roman de fiction ? peut-être pas autant que l'on pourrait l'imaginer.

Camille, jeune chercheuse du laboratoire parisien Diamonds vit cette expérience extraordinaire à Munich où elle sert de cobaye à ses propres recherches.

Mais elle doit se battre contre des ennemis cachés. Sa découverte est convoitée par ceux qui veulent changer la condition humaine.

De Paris à Munich, de Nice à la Normandie, l'amour est le fil rouge des histoires de cette incroyable conquête médicale.

Il n'avait jamais eu le cran de lui dire qu'elle était son grand amour. Et pourtant...

Ce que j'en pense : Coup de foudre et coups de théâtre

Camille est une jeune et brillante chercheuse au sein du laboratoire parisien Diamonds et mène des recherches en thérapie génétique. Ses recherches la conduisent jusqu'à une histoire d'amour insoupçonnée : un amour génétiquement induit dans nos cellules ainsi rendues capables de guérir les plus terribles maux. Cette histoire d'amour, elle y croit tellement fort qu'elle va devenir son propre cobaye.
Cet amour n'est pas non plus de tout repos : Camille va devoir faire face à de nombreux obstacles afin de mener ses recherches à bien et se battre contre des ennemis cachés. L'amour finira-t-il par triompher ? 
 
J'ai trouvé cette histoire vraiment très originale : on lit assez peu de romans mêlant l'amour et la science (deux domaines pas si opposés que cela finalement ;)). Et s'il est vrai que l'amour peut tout guérir, pourquoi ne pourrait-il pas réparer notre ADN ? 
 
Le style d'Abigaelle Lacombe-Didier est très fluide et contemporain et son roman se lit vraiment très facilement. On est au croisement d'une enquête et d'une histoire d'amour.
 
J'ai eu un peu de mal avec le personnage de Camille que j'ai trouvé un peu trop "cœur d'artichaut" à mon goût. Mais cela ne reste qu'un avis personnel, et je vous invite bien évidemment à vous faire vous-même votre propre opinion !
 
Sortie en librairie  le 9 mai 2022 !

Publié dans Littérature

Partager cet article
Repost0

Femmes piégées de Linda Ducret

Publié le par mademoisellechristelle

Ce que dit la quatrième de couv' : En Italie, au mois de septembre 2016, une jeune femme, Tiziana, se suicide à la suite de la divulgation d’une vidéo intime dans laquelle elle apparaissait.
L’histoire de Marie n’est pas celle de Tiziana. Elle ne l’a jamais rencontrée. Mais un jour, sa vie aurait pu basculer de la même façon.
Alors qu’elle était une brillante attachée parlementaire, mariée et mère de famille, elle avait reçu des photographies de jeunesse compromettantes.
Le chantage, dont elle était victime, l’avait ainsi poussée à démissionner de ses fonctions politiques et à payer la rançon du maître chanteur resté anonyme.
Quand son ami Simon, candidat à la mairie de Paris, subit à son tour les mêmes attaques, elle s’interroge sur les liens possibles entre les deux affaires. Décidée à ne plus renier sa vie d’avant, elle contacte une avocate afin de lui demander de la défendre. Dans le même temps, un journaliste d’investigation et lanceur d’alerte réputé, enquête sur le passé sulfureux d’un homme. Est-il l’auteur et l’expéditeur de ces photos abjectes ?
Femmes piégées nous rappelle que si les réseaux sociaux ont facilité le revenge porn, ils ont aussi permis, avec le mouvement #MeToo, à la voix des femmes d’être mieux entendue.

Je m'appelle Marie Martins. Mon histoire n'est pas celle de Tiziana. Je ne l'ai jamais rencontrée. Mais un jour, ma vie aurait pu basculer de la même façon.

Pour quelles raisons ? Comment ?

Vous allez bientôt découvrir mon histoire,

Et vous rendre compte que vous pouvez prendre part, vous aussi, comme tant d'autres; à un crime commis par le Web.

Ce que j'en pense : Le revenge porn, tu connais ? 

Marie est une jeune maman qui occupe des fonctions d'attachée parlementaire. Plus jeune, elle a été contrainte et forcée de faire des photos compromettantes dans des positions suggestives. Lorsque ces photos réapparaissent quelques années plus tard et qu'on la fait chanter pour ne pas les diffuser, elle démissionne de son poste et paye la rançon au maitre chanteur. Puis, c'est au tour de son meilleur ami Simon, candidat à la mairie de Paris, de voir apparaitre des photos compromettantes. Ce timing si parfait serait-il le fruit du hasard ? 
 
C'est le premier livre de Linda Ducret que je lis et j'ai vraiment passé un agréable moment. Le style est très fluide et l'histoire se lit comme un thriller. 
Dans ce roman, il est question des réseaux sociaux, du revenge porn, de jeux de pouvoirs etc...donc des thèmes qui sont complètement d'actualité. Pour rappel, le revenge porn consiste à diffuser des images de nus ou à caractère sexuel sans l’autorisation de la personne qui apparaît sur ces images et généralement pour se venger. Ces pratiques sont souvent accompagnées d'un chantage, pour extorquer de l'argent à la victime. 
 
Comme ce fut le cas pour Marie. Quand Marie commence à mener son enquête afin de découvrir qui est à l'origine de cet odieux chantage, elle ne se doute pas de l'ampleur de l'engrenage dans lequel elle va se retrouver. Heureusement pour elle, elle sera très bien accompagnée, notamment par une avocate prête à sortir les griffes pour défendre les droits des femmes.
Depuis les #metoo et autres  #balancetonporc, certaines femmes osent prendre la parole pour dénoncer des pratiques abjectes de la part de ceux que l'on considère comme intouchables. Linda Ducret leur donne la parole dans cette histoire et croyez-moi... elles ont des choses à dire !
 
"Femmes piégées" fut une lecture intéressante et je remercie NetGalley et les éditions Librinova pour m'avoir fait découvrir cette auteure.
 
Ma note : 3/5
 

Publié dans Littérature

Partager cet article
Repost0

Et j'ai cessé de t'appeler Papa de Caroline Darian

Publié le par mademoisellechristelle

Ce que dit la quatrième de couv'Le 2 novembre 2020, Caroline Darian reçoit un appel de la police de Carpentras. Son père est en garde à vue. La saisie de son matériel informatique révèle l’impensable : depuis 2013, il drogue sa femme avant de la livrer, inconsciente, à des hommes, de tous les horizons et sans contrepartie.
Caroline Darian, femme debout, raconte cette déflagration, le périlleux vertige de découvrir qu’une personne aimée, son père, est capable du pire.
Elle alerte aussi sur la soumission chimique, quand l’armoire à pharmacie du foyer se transforme en arme préférée des violeurs...
Une voix forte, exceptionnellement courageuse, qui révèle une autre facette des violences faites aux femmes.

Demain, mon fils Tom, six ans et demi, devra porter un masque à l'école. Alors nous répétons le geste. Une fois, deux fois, dix fois.
Je poste une photo de lui, masqué, sur mon compte Facebook. Aussitôt, mon père répond : "Mon pauvre petit Tom. Bon courage pour cette rentrée un peu spéciale. Ton Papou qui t'aime"
Je ne le sais pas encore, mais c'est le dernier échange avec mon père.

Ce que j'en pense : "Si je résume, ma mère a été droguée par mon père pour être violée par des inconnus. Pendant au moins huit ans."

Cette phrase est lunaire mais elle résume assez bien l'histoire de Caroline Darian. Une histoire où se mêlent l'horreur et l'incompréhension : comment ce père, qui semblerait bien sous tous rapports, aurait drogué sa mère pour la livrer à des inconnus. (je parle au conditionnel car l'affaire n'a pas encore été jugée) 
Quand l'inimaginable se produit, c'est le monde entier qui s'écroule. Caroline Darian nous raconte comment elle a déposé plainte contre son père, contacté un avocat, suivi l'instruction du dossier etc... Et surtout, comment Caroline et sa famille vont tenter de se reconstruire.
 
Son récit est glaçant. Son écriture est brute. Mais son témoignage est puissant. Il démontre que la criminalité touche toutes les catégories de population, jeune, vieux, riche ou pauvre, et que les actes les plus horribles peuvent avoir été commis par des individus que vous inviteriez volontiers à votre table le dimanche.
 
Caroline Darian attire également notre attention sur la soumission chimique, que le grand public limite encore au GHB glissé dans un verre en boite de nuit. Il s'agit de l’administration à des fins criminelles (viols, actes de pédophilie) ou délictuelles (violences volontaires, vols) de substances psychoactives (SPA) à l’insu de la victime ou sous la menace. En l'occurrence, pour arriver à ses fins, le père de Caroline Darian aurait utilisé des somnifères et des anxiolytiques, que l'on retrouve banalement dans beaucoup d'armoires à pharmacie. Donc à portée de main de n'importe qui...
 
Il faut beaucoup de courage pour porter plainte contre son propre père et encore plus pour raconter son histoire personnelle au public. Et Caroline Darian le fait avec beaucoup de dignité. Je lui dis bravo. 

Publié dans Littérature

Partager cet article
Repost0

Et que quelqu'un vous tende la main de Carène Ponte

Publié le par mademoisellechristelle

Ce que dit la quatrième de couv' : Le Jardin des Cybèles est une maison de repos qui accueille des personnes abîmées par la vie. Cet été-là, elle ouvre ses portes à deux nouvelles pensionnaires : Valérie et Anna.
Quelques jours après leur arrivée, elles font la connaissance de Charline, la propriétaire d’un petit salon de thé voisin. Ce lieu chaleureux devient un véritable refuge pour les deux femmes, qui adorent s’y retrouver pour déguster des gâteaux tout en bavardant.
Mais une nouvelle dramatique va chambouler l’existence de Charline et perturber ce fragile équilibre. Valérie et Anna décident alors de mettre leur propre souffrance de côté pour épauler leur amie dans cette terrible épreuve. Toutes trois embarquent pour une virée au bord de la mer. Le temps de ce séjour improvisé, elles comptent bien réapprendre à profiter de la vie?!

C'était un mardi. Il était à peine 7 heures du matin. C'est étrange comme l'expression "point de rupture" prend tout son sens quand on la vit.

Ce que j'en pense : Une lecture qui vous remontera le moral à coup sûr !

Valérie et Anna sont pensionnaires au jardin des Cybèles, une maison de repos qui accueille les personnes abîmées par la vie. Elles font la connaissance de Charline, qui gère un salon thé à proximité. Les trois femmes sympathisent et prennent plaisir à se retrouver et à évoquer ensemble leurs souffrances passées. Mais une nouvelle dramatique va chambouler l'existence de Charline. Valérie et Anna décident alors de mettre leur propre souffrance de côté pour épauler leur amie dans cette terrible épreuve. Toutes trois embarquent pour une virée au bord de la mer. Ce séjour sera plus que jamais l'occasion de souder une belle et solide amitié.
 
C'est le premier roman que je lis de Carène Ponte et c'est une belle surprise. Le roman se lit (voire se dévore) très vite et l'histoire est plutôt fluide. 
 
Il s'agit d'une histoire d'amitié et de solidarité entre trois personnages : Valérie, Anna et Charline. Toutes les trois n'ont pas été épargnées par l'existence mais elles choisissent ensemble de faire de leur vulnérabilité une force qui va souder leur amitié. Avec beaucoup de délicatesse et d'humour, l'auteure nous fait pénétrer dans l'intimité de leurs sentiments, ceux que l'on n'ose pas avouer, sauf aux rares êtres, qui, un jour, vous ont tendu la main. C'est une belle leçon de résilience !
 
J'adore ce genre de lecture un peu "doudou" qui fait du bien au cœur et à l'âme ! Et Dieu sait qu'on en a besoin en ce moment ! Alors si vous cherchez une lecture légère, qui fait du bien et qui vous réconcilie avec le genre humain... je vous recommande !
 
Un grand merci aux éditions fleuve et à NetGalley qui m'ont permis de découvrir cette auteure !
 
Ma note : 3/5
 

Publié dans Littérature

Partager cet article
Repost0

Elle a menti pour les ailes de Francesca Serra

Publié le par mademoisellechristelle

Ce que dit la quatrième de couv' : Année scolaire 2015-206, une station balnéaire dans le sud est de la France. Un concours de mannequins annonce une étape de sa tournée régionale dans cette ville qui ne s'anime d'ordinaire qu'à l'arrivée des touristes en été.

Au lycée, Garance Sollogoub, la fille de la professeure de danse, est d'ores et déjà donnée favorite. Son étonnante beauté attire l'attention d'un cercle d'élèves plus âgés, les plus populaires - que Garance, adolescente sans histoire, a toujours vénérés sur les réseaux sociaux. Pour être des leurs, elle va devoir consentir à quelques sacrifices. En échange, ils vont l'initier aux secrets et à la férocité de la meute.

Quelques mois plus tard, Garance disparaît.

De ces quinze années d'existence, Garance a finalement déduit qu'il ne servait à rien de discuter avec sa mère. Une personne dotée d'assez de volonté pour contrôler, sans relâche, les centaines de muscles nécessaires au maintien d'une posture parfaite ne cédera jamais.

Ce que j'en pense : Nous sommes dans le sud de la France, dans les années 2010. Garance est une jeune fille de quinze ans qui mène une vie plutôt tranquille entre le lycée et les cours de danse de sa mère. Un concours de mannequins annonce une étape de sa tournée régionale près de chez Garance qui est donnée favorite.

Au lycée, la beauté singulière de Garance attire l'attention d'un groupe d'élèves plus âgés, les plus populaires, que Garance a toujours vénérés sur les réseaux sociaux. Pour se faire accepter par ce groupe, Garance va devoir changer son comportement. En échange, ils vont l'initier aux secrets et à la férocité de la meute.
 
Quelques mois plus tard, Garance disparait...
 
Bienvenue dans la génération "milléniale" ! Une génération qui n'a jamais connu le monde sans internet, qui communique via les réseaux sociaux, qui a ses propres codes et son propre langage. Francesca Serra nous en dresse un portrait que je trouve très juste. Notre entrée en matière est un coup de poing : qu'est-il arrivé à Garance ? Qu'est-ce qui a pu provoquer sa soudaine disparition ?
 
Petit à petit, on comprend que sa disparition a un lien avec la nouvelle bande d'amis de Garance, leur conception tout à fait particulière des rapports humains et la façon dont ils ont "intronisé" et aspiré Garance à l'intérieur de cette "tribu" (c'est très frustrant, je ne peux pas vous en dire plus sinon je vais divulgâcher votre lecture !) 
 
L'histoire est captivante, avec du suspens, c'est un vrai page turner ! On alterne les périodes avant et après la disparition de Garance, entrecoupées de conversations whatsapp, ce qui donne du dynamisme au récit. 
 
Seul bémol : je n'ai pas accroché à la fin de l'histoire ; je n'ai pas vraiment compris le choix de l'auteure, mais c'est personnel.
 
Ma note : 3/5
 

Publié dans Littérature

Partager cet article
Repost0

Ma vie est tout à fait fascinante de Pénélope Bagieu

Publié le par mademoisellechristelle

 

Ce que j'en pense : On adore❤️

Parisienne vivant sous les toits, accro au shopping et à son chat, Pénélope Bagieu retrace dans cette BD les petits tracas que l'on a toutes rencontrées : l'appartement trop petit, les chaussures qu'elle ne peut pas prendre chez elle, les fesses qui ne rentrent pas dans le jean, le casse tête des cadeaux de Noël...
 
Si vous voulez vous offrir quelques minutes de légèreté, de pétillance et de drôlerie, je vous recommande vivement cette (trop) courte bande dessinée !
 
Ma note : 4/5
 

Publié dans Littérature

Partager cet article
Repost0

Les veuves de Malabar Hill de Sujata Massey

Publié le par mademoisellechristelle

Ce que dit la quatrième de couv' : Bombay, 1921.

Perveen Mistry travaille dans le cabinet d’avocats de son père, devenant la toute première femme avocate en Inde. Un statut qui ne manque pas de faire débat, alors que seuls les hommes sont autorisés à plaider au tribunal… Mais quand un meurtre est commis dans une riche maison musulmane pratiquant la purdah (séparation stricte des femmes et des hommes), elle est la seule à pouvoir mener l’enquête.

Faisal Mukri a été retrouvé poignardé à Malabar Hill, chez son ancien employeur, Omar Farid, un riche marchand, lui-même décédé quelques semaines auparavant. Les potentielles témoins du crime sont ses trois veuves, vivant recluses dans une partie de la maison interdite aux hommes. Perveen arrivera-t-elle à comprendre ce qui s’est réellement passé ?

Une enquête passionnante, qui nous plonge au cœur de la société indienne du début du XXe siècle et de la place qu’y occupent les femmes

Perveen rencontra l'étranger le matin ; ils avaient failli se télescoper. Elle était tombée sur lui alors qu'il se tenait à demi caché dans l'entrée en portique de la Maison Mistry.

Ce que j'en pense : Années 1920, en Inde.

Perveen Mistry devient la première femme avocate en Inde (personnage fictif), ce qui fait beaucoup parler d'elle. Lorsqu'un homme d'affaires est retrouvé assassiné dans une maison musulmane de Malabar Hill pratiquant la purdah (séparation stricte des femmes et des hommes), elle est la seule à pouvoir mener l'enquête. En effet, les trois témoins potentiels de ce meurtre sont trois veuves qui ne peuvent s'adresser qu'à Perveen parce qu'elle est une femme. Perveen va donc tenter de découvrir ce qui s'est réellement passé à Malabar Hill.
En parallèle, l'auteure raconte l'histoire personnelle de Perveen : ses difficultés à la fac de droit parce qu'elle était une femme, une histoire d'amour passée qui a laissé des traces dans sa vie présente.
 
"Les veuves de Malabar Hill" est un roman qui vous fera voyager à coup sûr dans l'Inde des années 1920. On est véritablement plongé dans l'ambiance de cette Inde sous la tutelle britannique, où les femmes peinent encore à avoir une existence hors du mariage. Et parmi ces femmes, se distingue Perveen❤️ Perveen est un personnage que j'ai adoré : une femme forte, qui combat les préjugés (ils ont la vie dure en Inde) avec une pointe de malice 😉 On adore !
 
La lecture est très fluide, l'histoire se lit comme un roman policier dont j'ai adoré l'intrigue. J'ai également adoré les parties sur l'histoire personnelle de Perveen que j'ai trouvé très riches, tant sur l'aspect culture indienne, que d'un point de vue féministe. Bref, je suis totalement conquise ! Seul bémol : quelques longueurs qui font que je ne peux pas estampiller ce roman "coup de cœur" (qui dit encore "estampiller" ?")
 
Ma note : 3,5/5
 

Publié dans Littérature

Partager cet article
Repost0

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 > >>

Archives